pourquoi le Droit de Propriété

Le droit de propriété est une ancienne innovation juridique qui a de nombreux avantages
1. Ce droit correspond à un sentiment instinctif de possession. Ce sentiment n’existe pas seulement chez les humains. Comme il existe aussi dans de très nombreux espèces animales, on peut supposer que ce sentiment soit lié à la nature génétique de l’Homme. Il semble que le droit de propriété a existé aussi pour les premiers hommes.

2. Chaque société cherche à ses donner des lois justes, des lois prévisibles, des lois contraires à l’injustice. Il faut que chacun sache, a priori, ce qu’il a le droit de faire et ce qu’il n’a pas le droit de faire. Le Droit de propriété est prévisible. Le propriétaire d’un bien peut jouir de son bien et interdire à quiconque de l’utiliser. Cette pomme m’appartient. Je peux la manger ou interdire à quiconque de la manger. Je peux aussi la vendre.

3. Le droit de propriété induit une allocation de biens productifs afin qu’ils produisent davantage. Ainsi un vieil agriculteur n’a plus la force de bien cultiver sa terre. Il la vend à un jeune qui va la travailler avec la vigueur de son age et en tirer une meilleure production. Le vieil agriculteur y gagne dans l’échange car la somme obtenue lui rapporte plus que son travail de la terre. Le jeune agriculteur y gagne car la rapport de la terre est bien supérieur aux intérêts qu’il doit rembourser au banquier qui lui a prêté.
Lire la suite

pourquoi la propriété

thème: Henri Lepage explique l’utilité de la propriété. extrait de « pourquoi la propriété ».

titre: pourquoi la propriété

Où et quand la propriété a-t-elle été inventée ? Il est probable qu’on n’en saura jamais rien.

On entend par propriété, le droit de propriété tel que le définit le Code civil, il est clair qu’il s’agit d’une invention fort récente (à l’échelle de l’histoire de l’humanité), et parfaitement localisée : elle a émergé en Occident, entre les XIII° et XVIII° siècles. En revanche, si l’on entend par propriété la simple faculté mentale et psychologique de l’homme à distinguer le mien du tien et à revendiquer l’accès total, durable et exclusif à certaines choses qu’il considère comme siennes, il est non moins clair qu’il s’agit là d’un comportement vieux comme le monde ; dont les origines se confondent avec celles de l’humanité, et qui, comme l’explique Jean Cannone, est vraisemblablement né le jour où l’achèvement de la structure de son cerveau a permis à l’homme de dépasser l’instant pour imaginer le futur et mettre celui-ci en relation avec son passé vécu[i].
Lire la suite