L’école autrichienne et son importance pour  la science économique moderne, par  Hans-Herma

http://docs.google.com/View?id=dc2m8p62_569g7bmp2dv

http://docs.google.com/Doc?docid=0AevnAZEI5La7ZGMybThwNjJfNTY5ZzdibXAyZHY&hl=fr

L’école autrichienne et son importance

pour  la science économique moderne*.

par  Hans-Hermann Hoppe°

Lire la suite

Ron Paul et l’étalon-or

Je suis libertarien, donc j’aime bien Ron Paul, Sénateur US libertarien. Mais je ne suis pas d’accord avec son option de l’étalon-or. La seule cause initiale des dysfonctionnements monétaires est, amha, que l’Etat contrôle la monnaie, que l’Etat dispose d’un monopole monétaire. L’Etat est l’ours gourmand qui a la garde du pot de miel. Il ne résiste pas longtemps aux pressions dépensières, à l’endettement excessif.

Un étalon-or n’éviterait pas ce risque car l’Etat, au premier prétexte, contourne la discipline vertueuse de l’étalon-or. Le pseudo étalon-or du 20e siècle n’a pas empêché les monnaies de perdre 90% à 99% de leur valeur.

Seul le free banking peut fournir une monnaie stable et sans risque de fraude. Chaque banque peut créer sa monnaie. Chacun peut créer sa banque sans autorisation de l’Etat. Comme on ouvre une épicerie. Von Mises et Hayek, de l’école autrichienne d’économie, plaidaient pour le free banking, pour la dénationalisation de la monnaie.

De plus, l’étalon-or me semble être le pire des étalons de valeur pour une monnaie, car l’or est trop volatil. Le théorème de régression de Von Mises rappelle utilement que la valeur fondamentale de la monnaie provient de l’utilité non monétaire du produit. La trop grande valeur de l’or est principalement due à son usage actuel de quasi-monnaie, et non pas des utilités non monétaires de l’or(joaillerie, industrie).

Un panier de biens de consommation cotées sur un marché mondial, ou un panier de commodities, serait, amha, un bien meilleur étalon de valeur d’une monnaie. Un tel panier représente alors le travail et l’investissement dans de nombreux secteurs économiques. Depuis 50 ans, sa valeur suit assez bien les indices des prix réels moyens des biens. A condition d’en exclure l’or.

Le chef économiste de la Deutsch Bank, Thomas Mayer, partage cet intérêt pour une monnaie fondée sur un panier de biens de consommation. Il affirme être de l’école autrichienne d’économie.http://www.contrepoints.org/2011/10/04/48782-en-economie-je-suis-autrichien