un euro d’impôt, c’est un euro de production en moins

Un euro d’impôt, c’est deux euros de PIB en moins.
La démonstration pour le premier euro est très différente de la démonstration pour le deuxième euro. Pour le premier euro, la démonstration est simple. Acrithene, un économiste universitaire(voir blog acrithene.wordpress), m’a proposé une autre démonstration plus lourde, mais plus classique. Et en effet, pour le démontrer, Acrithene utilise les raisonnements triviaux et classiques de la micro-économie de l’offre et de la demande. Sauf si on a utilisé plus d’une centaine de fois ces raisonnements classiques de micro-économie, ma démonstration semblera, amha, plus simple au lecteur. Dans le fonds, les moyens des deux démonstrations sont parfaitement identiques, mais leur expression est très différente.
Nul ne travaille au profit d’un autre sans rémunération. On refuse de travailler gratuitement, sans être payé. Plus le taux de l’impôt s’approche de 100%, moins le contribuable produira. Et si le contribuable venait à ne plus être rémunéré du tout, il cesserait de produire. La motivation du producteur est le gain de posséder sa production. Augmenter l’impôt, c’est diminuer sa motivation à produire. C’est ainsi que, plus le taux de l’impôt est grand, moins le producteur produira.
Pour les besoins du discours, intéressons nous, par hypothèse, aux deux extrêmes du taux d’imposition. Le taux à 0% et le taux à 100%. Avec un taux hypothétique de 100% d’impôt, toute motivation à produire est détruite. Il en résulte une production nulle dans une telle hypothèse du discours. Pour un taux d’impôt nul, la production d’un individu est 1, par hypothèse. Procédons en faisant une expérience de la pensée en faisant varier ce taux d’impôt depuis zéro jusqu’à 100. Et observons, toujours par la pensée, la production de notre producteur hypothétique.
Traçons l’axe des x(horizontalement) et l’axe des y(verticalement). en vertical, notons la production entre 0 et 1. En horizontal, notons le taux d’impôt entre 0 et 1. La notation 1 signifie ici 100% d’impôt. Dire avec un taux de 100% d’impôt, on ne produit plus rien permet de tracer un premier point du graphique. C’est un point situé sur l’axe horizontal (1,0). Nous disposons aussi d’un autre point de la courbe. C’est le point situé sur l’axe vertical (0,1). Il signifie que sans impôt du tout, un individu produit une certaine quantité que nous mesurons par le chiffre , conventionnement.
Nous avons ainsi deux points de la courbe qui relie le taux de l’impôt à une production individuelle. Un point est sur l’axe des y(vertical), et l’autre point est sur l’axe des x(horizontal). Comment est cette ligne entre ces deux points extrêmes. Je suppose, dans un premier temps, que cette ligne est une droite qui relie les deux points. Ou plutôt, cette ligne est un segment de droite qui forme un triangle avec les deux premiers points et les deux axes. tracez le sur une feuille de papier pour ne pas perdre le fil de la démonstration.
je ne parle pas ici du cas d’une courbe qui serait concave, ou convexe entre les deux points extrêmes. Il est facile de voir sur le dessin que cela ne change pas sensiblement les conclusions de la présente démonstration.
[pour le lecteur matheux, t=taux, et p=production, alors t+p=1, segment de droite formant triangle].
Un économiste américain a mesuré par des statistiques, qu’un dollar d’impôt en plus réduisait le PIB de 0,96 dollar. Un autre économiste américain, par une toute autre méthode, a mesuré qu’un dollar d’impôt en moins, augmentait le PIB de 1,12 dollar. ces mesures statistiques correspondent bien au raisonnement théorique.

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

3 Responses to un euro d’impôt, c’est un euro de production en moins

  1. Damien Vasse says:

    Ouch, ça ne tient pas la route une seconde. D’abord, la prémisse est fausse : « Nul ne travaille au profit d’un autre sans rémunération. On refuse de travailler gratuitement, sans être payé. » Inutile de détailler, je ne fais que soulever une évidence. À moins que vous en soyez encore à travail = emploi ?…
    Ensuite, au niveau mathématique, inférer un comportement complexe à partir de deux points… procédé extrêmement discutable, qu’est-ce qui vous permet d’exclure la possibilité que ce ne soit pas une droite ? (ce que ça n’est très certainement pas, d’ailleurs…).
    Simplification ne veut pas dire simplisme, la première est utile, la deuxième néfaste.

    • gidmoz says:

      @Damien Vasse
      Vous dites « Inutile de détailler, je ne fais que soulever une évidence ». je souhaite que vous détaillez votre idée. Je ne comprend pas ce que vous contestez dans mes propos. La seule évidence pour moi est que seul un prisonnier travaille sans être rémunéré. ce prisonnier travaille alors sous la contrainte, sous la menace d’un châtiment s’il refusait. Nul ne peut accepter de travailler sans avantage qu’il recevrait de son travail.

  2. tintin says:

    « « Nul ne travaille au profit d’un autre sans rémunération. On refuse de travailler gratuitement, sans être payé. » Inutile de détailler, je ne fais que soulever une évidence. À moins que vous en soyez encore à travail = emploi ? »

    Moi non plus je ne comprend pas très bien où vous voulez en venir : vous êtes en train de nous dire que vous ou des personnes de votre entourage travaillez gratuitement sous la contrainte ? Rendez-vous tout de suite au commissariat le plus proche pour porter plainte, l’esclavage est interdit dans notre pays.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :