L’école autrichienne et son importance pour  la science économique moderne, par  Hans-Herma

http://docs.google.com/View?id=dc2m8p62_569g7bmp2dv

http://docs.google.com/Doc?docid=0AevnAZEI5La7ZGMybThwNjJfNTY5ZzdibXAyZHY&hl=fr

L’école autrichienne et son importance

pour  la science économique moderne*.

par  Hans-Hermann Hoppe°

L’histoire  ostensible**  de l’Ecole autrichienne  est rapide  à raconter.  Celle-ci  commence avec 

Carl Menger (1840-1924)  et ses Principes de l’économie politique. [Grundsätze der

Volkswirtschaftslehre]  parus en  1871.  Cet ouvrage faisait de Menger — en même temps que

William Stanley Jevons  et Léon Walras  mais  indépendamment d’eux —  le fondateur  de la théorie

moderne,  « subjectiviste »,  de la valeur.  C’est Menger qui,  comme disait Joseph Schumpeter,  est

le démolisseur de David Ricardo  et du système ricardien[1].  Alors que l’économie politique britannique

classique  — d’Adam Smith à John Stuart Mill  en passant par Ricardo  et  Karl Marx —  avait

toujours  vainement cherché  à expliquer  la valeur  des biens  et leurs prix  par des grandeurs 

« objectives »  telles que l’effort de travail  et/ou  les coûts de production,  Menger  opéra  une révolution

copernicienne  en démontrant  que  — bien au contraire —  ce sont l’effort de travail  et les coûts

de production  qui sont déterminés  par les valeurs et les prix anticipés,  et qu’un principe unique

— celui  de la valeur subjective  à  la marge  [la valeur perçue  des objets  de l’action  à l’occasion 

de celle-ci] — peut expliquer  l’ensemble des phénomènes économiques :  la rareté,  la production, 

l’échange,  la monnaie et l’intérêt[2]. 

L’école autrichienne atteignit son deuxième sommet  avec Eugen von Böhm-Bawerk  (1851-1914), 

disciple le plus important de Menger,  et son Kapital und Kapitalzins  [Capital et intérêt]  paru

en 1884.  Böhm-Bawerk compléta  l’oeuvre de Menger  dans les domaines  de la théorie de l’intérêt et

du capital,  pour l’étendre  jusqu’à une théorie systématique  de l’économie capitaliste. 

Puis  lui succéda  son plus brillant disciple,  Ludwig von Mises (1881-1973).  La position

prépondérante  de Mises  au sein  de l’école autrichienne  repose sur quatre oeuvres  maîtresses : 

la Theorie des Geldes  und der Umlaufsmittel  de 1912 [Théorie de la monnaie et du crédit*], 

Die Gemeinwirtschaft,  Untersuchungen über den Sozialismus  de 1922 [Le Socialisme

(1952)**],  Human Action,  A Treatise on Economics publié  en 1949 [L’Action Humaine (1985)]

et Theory and History. An Interpretation  of Social  and Economic  Evolution  paru en 1957***

Avec ces travaux,  Mises  élargissait  le système  de Menger  et Böhm-Bawerk  à  la théorie monétaire 

et conjoncturelle  pour en faire une théorie de toutes les formes pensables de la coopération sociale. 

En outre,  s’appuyant  sur les Recherches sur la méthode des Sciences sociales et  de l’économie

politique (1883) [Untersuchungen  über die Methode  der Sozialwissenschaften und der

politischen Ökonomie insbesondere****]  de Menger,  Mises était parvenu  à élucider les

fondements  philosophiques et épistémologiques  de la théorie de la valeur  « subjective » ainsi que

de l’économie politique,  et à reformuler les énoncés de la théorie économique  comme ceux

d’une « logique de l’action » a priori,  axiomatique-déductive (la praxéologie) et,  partant  de là, 

à proposer  une représentation  systématiquement  complète  du corpus  des sciences sociales

théoriques  qu’il était possible  de reconstruire  sur  la base de la praxéologie. 

Et enfin,  le théâtre des opérations  s’étant déplacé de Vienne,  de l’Autriche  et de l’Europe  vers New

York et les Etats-Unis  à la suite de l’émigration de Mises en 1940 aux Etats-Unis,  apparut

le plus grand des disciples de Mises,  Murray N. Rothbard (1926-1995,  avec son Man, Economy,

and State  en 1962,  The Ethics of Liberty en 1982 [L’Ethique de la liberté (1991)],  puis

Economic Thought  Before Adam Smith  et Classical Economics  en 1995.  Dans ces ouvrages, 

Rothbard  nettoyait  les incohérences  restant dans le système misésien,  en matière de théorie du

monopole  et de théorie de l’Etat  (la production de la sécurité).  Il associait l’économie autrichienne 

(la praxéologie)  et  la théorie du droit naturel  (l’éthique)  dans une théorie générale  (libertarienne) 

de la liberté humaine.  Il projetait  et esquissait aussi  le programme d’une historiographie 

« révisionniste »,  éclairée par l’économie et  la philosophie politiques.

Comme  dans d’autres  traditions intellectuelles,  on trouve aussi  dès le départ  au sein  de l’école

autrichienne  nombre  de courants parallèles  qui s’interpénètrent.  Il y a  d’abord Friedrich von Wieser 

puis ses élèves Hans Mayer  et Friedrich von Hayek.  Puis  Joseph Schumpeter,  élève  de 

Böhm-Bawerk.  Pendant  la période d’activité  de Mises,  on trouve  ses élèves Fritz Machlup, 

Gottfried von Haberler  et Oskar Morgenstern.  Enfin,  à l’époque  de Rothbard,  l’école autrichienne 

s’étant  dans l’intervalle transplantée aux Etats-Unis pour s’y développer  sous le nom d' »Austrian

Economics »,  on trouve à côté  de Hayek  son élève Ludwig Lachmann  et celui de Mises*,  Israel

Kirzner.  Cette diversité  de l’offre  sous la marque des Austrian Economics,  et en particulier  le fait

qu’après l’attribution  du prix Nobel d’économie  à Hayek  pour 1974,  le nom de ce dernier  l’emporta

en popularité  sur celui des autres autrichiens  y compris Mises,  à tel point  qu’il était devenu synonyme 

d' »école autrichienne »,  a conduit à une série d’erreurs de jugement  et d’interprétation  au sujet de cette

dernière,  non seulement  dans l’opinion publique  au sens large  mais aussi,  particulièrement,  dans

les sciences économiques et sociales[3].

 

II

Pour juger correctement  l’école autrichienne  — quelle que soit la manière  dont on apprécie

la contribution particulière des représentants de cette école — il est indispensable  de comprendre les

raisons historiques et intellectuelles*  qui fondent la différence  entre une lignée fondamentale  — la

lignée Menger-Böhm-Bawerk-Mises-Rothbard— et les diverses branches annexes — Wieser, 

Schumpeter,  Hayek,  Kirzner  et Lachmann.  La raison ostensible  tient à ce que

cette différenciation-là  correspond  aux interprétations mêmes des personnes en cause. 

Böhm-Bawerk  se considérait  comme le successeur  de Menger  et Mises  comme celui

de Böhm-Bawerk  et  de Menger.  Quant à Rothbard,  il se voyait  comme le continuateur de Mises  et

comme son élève. 

Plus encore,  cette estimation personnelle  de chacun des successeurs  correspondait exactement 

avec l’appréciation  correspondante  faite par les prédécesseurs directs.  Malgré  une distanciation

critique marquée,  Menger  reconnaissait Böhm-Bawerk  comme le plus important  de ses disciples. 

La même chose est valable  pour Böhm-Bawerk  vis-à-vis  de Mises,  et de même pour Mises 

en relation avec Rothbard.  En revanche,  malgré  leurs rapports de maître à élève,  et une appréciation

réciproque non dissimulée,  Böhm-Bawerk ne considérait  nullement  Schumpeter  comme son

successeur,  pas plus  que  Schumpeter  ne se voyait  comme tel.  Et de même,  Mises ne reconnaissait

pas  Hayek  comme son héritier intellectuel,  Hayek  ne se voyant pas non plus  dans ce rôle-là.  Ils se

considéraient plutôt (réciproquement)  comme des « déviants ». 

En outre  il existe  plus essentiellement  une raison interne — une raison logique —  pour cette

différenciation  entre une lignée centrale  et diverses branches annexes.  Le courant  qui va de Menger 

à Rothbard  en passant par Böhm-Bawerk  et Mises  se reconnaît à un mode  de raisonnement 

unitaire  qui le distingue  fondamentalement  de tous les autres courants  de la tradition.  De Menger 

à Rothbard,  on se considère expressément  comme rationaliste,  et on refuse catégoriquement 

de manipuler  aucune de ces cartes à jouer  du relativisme  que sont l’historicisme,  le positivisme, 

le « falsificationnisme » ou le scepticisme  dans les sciences sociales[4].  On n’y est  pas seulement 

persuadé qu’il existe des lois économiques  mais en outre,  tout particulièrement,  qu’il s’agit là de lois

« exactes » (Menger)  ou « a priori »  (Mises)* :  à l’inverse  des propositions générales  des sciences de la

nature,  qui doivent  encore et toujours  être vérifiées  par les données de l’expérience  et qui,  à partir 

de là,  ne peuvent jamais invoquer d’autre validité  (justification)  que « purement hypothétique », 

en matière de lois économiques  c’est à des relations nécessaires,  donc dépourvues de tout caractère

hypothétique,  et à une validité « apodictique »  des énoncés  que l’on a affaire.  Tous les théorèmes

fondamentaux  de l’économie  peuvent se déduire logiquement  de quelques faits d’expérience  simples

et incontestables  (Menger)  voire  d’un unique axiome,  qu’il est impossible  de nier

sans contradiction ;  et  toutes les autres propositions  peuvent  à leur tour  se déduire logiquement, 

en partant de ces fondements-là,  ainsi que d’un certain nombre  de suppositions empiriques 

(et empiriquement vérifiables).  En conséquence,  et  de Menger à Rothbard  on en est persuadé,  il

n’est absolument pas nécessaire  de « tester » la validité  des énoncés  de la théorie économique  au

moyen  des données de l’expérience ;  et d’ailleurs,  ce n’est  même pas possible logiquement.  Tout au

plus  l’expérience  peut-elle illustrer la validité  des théorèmes  économiques,  mais  elle ne peut jamais 

en contredire  (« réfuter ») aucun,  car  en dernière analyse  la validité d’un théorème  repose

exclusivement  sur la force probante  (et sur l’emploi correct)  des règles  de la déduction logique. 

En outre,  en tant que rationaliste,  il faut admettre  qu’on est là  au point  de départ  d’un véritable

système  d’individualisme épistémologique  et méthodologique.  Comme il n’y  a que les individus  qui

agissent,  il est nécessaire  que tous les phénomènes « sociaux »  puissent être expliqués  (reconstruits) 

comme le résultat  d’actions humaines intentionnelles.  Dès lors,  toute explication  « holiste »  ou

« organiciste »  des phénomènes sociaux  doit être catégoriquement rejetée,  comme

une pseudo-explication non scientifique.  De même  doit-on rejeter comme non scientifique  — et

là-dessus aussi  tout le monde est d’accord  de Menger à Rothbard,  toute explication  mécaniste

des phénomènes sociaux.  L’action humaine  est une action dans l’incertain.  La représentation  d’une

mécanique de l’équilibre  ne peut servir  que dans  la mesure  où elle contribue à faire comprendre  ce

que l’action,  justement,  n’est pas,  et à quel point  elle se distingue  catégoriquement  des opérations 

d’un automate.

 

III

Le rationalisme  de la tradition qui s’étend de Menger  à Rothbard  en passant  par Böhm-Bawerk  et

Mises  a eu deux effets. 

Le premier  est justement  la rigueur  logique et méthodologique  de ce rationalisme,  grâce à laquelle 

la tradition  intellectuelle  de l’école autrichienne  ne s’est jamais  rompue,  malgré  toutes les

disqualifications  idéologiques  [qu’elle a subies]  au cours  des cent dernières années.  Alors que, 

pendant tout ce temps,  les représentants  des  diverses branches secondaires  exerçaient  une plus

grande influence  que leurs  cousins rationalistes,  aucun d’entre eux  n’est parvenu  à fonder  une école

de pensée  durable.  Tous les écarts  par rapport au programme [de recherche] rationaliste  sont

davantage  apparus  comme des phénomènes de mode  purement passagers[5].  Au sein de l’école

autrichienne,  seule  la tradition rationaliste  est jusqu’à présent  parvenue à attirer constamment 

de nouvelles générations d’économistes.

Cependant,  le second effet  a aussi été  que ce rationalisme  sans compromis  a été responsable  du fait

que  l’influence  de l’école autrichienne  sur  le cours  des événements historiques  en général  et 

le développement  des sciences économiques et sociales  en particulier  a longtemps  connu un déclin

persistant,  pour ne connaître un puissant renouveau  que depuis le milieu  des années 70.

En ce qui concerne  le cours des événements extérieurs,  ce fut  le sort  de l’école autrichienne,  qu’au

cours du vingtième siècle,  les indications  de politique pratique  déduites  de ses recherches théoriques 

allaient complètement à l’encontre  de l’esprit du temps. 

Le vingtième siècle  a été  — et demeure —  l’ère  du socialisme :  du communisme,  du fascisme,  du

socialisme national  et de ladémocratie sociale. 

A l’inverse Menger,  Böhm-Bawerk,  Mises  et Rothbard  étaient  non seulement des libéraux  — ou

libertariens[6] déterminés,  c’est-à-dire  les partisans d’un ordre économique et social  capitaliste.  Bien

plus,  la position  libérale — antisocialiste —  de l’école autrichienne  a connu  une radicalisation 

toujours croissante,  son opposition  à  la mentalité socialiste  devenant  de plus en plus véhémente  et

irréconciliable  à mesure que le temps passait.  Alors que  Menger  et Böhm-Bawerk  ne voulaient

reconnaître à l’Etat  qu’un tout petit nombre  de fonctions,  il n’y avait plus  pour  Mises  qu’une seule 

fonction légitime  de l’Etat :  instaurer  et faire respecter  un système de droit privé  fondé sur

la propriété personnelle  et la liberté des contrats. 

Quant à Rothbard,  il a fait  un pas supplémentaire,  contestant totalement  la justification économique 

(et morale)  de l’Etat  et recommandant  à la place  le modèle social  d’une anarchie ordonnée  ou

anarchisme de propriété privée[7]. 

Seuls  les événements  des années 70 et 80  ont  amené un changement.  Après  presque  cent ans 

de croissance  quasi ininterrompue  de l’Etat  et  de mépris  croissant pour les enseignements  de l’école

autrichienne,  les premières failles  impossibles à cacher  sont ensuite  apparues  dans la structure 

des appareils d’Etat démocrates-sociaux en Europe et en Amérique du Nord.  Au début des années

70,  aux Etats-Unis  (comme  dans la plupart  des pays d’Europe occidentale)  apparut pour

la première fois  un phénomène de stagflation  — une récession inflationniste  au lieu d’être

déflationniste,  comme  habituellement  dans le passé.  Cela fit trembler sur ses bases 

le keynésianisme,  qui avait  jusqu’alors  — et depuis les années trente— déterminé  presque sans

partage  la politique économique des Etats-Unis  et  de l’Europe occidentale.  On était,  à en croire

Keynes,  censé tenir  la stagflation  pour « impossible ».  D’après  son enseignement  d’interventionnisme

inflationniste,  l’inflation  était justement  le moyen de sortir  d’une récession !  De sorte  que

le keynésianisme  s’est retrouvé en crise,  crise dont il ne s’est  jusqu’à présent  pas encore remis[8]. 

Puis en 1974,  un an après  la mort de Mises,  Hayek — le premier non-keynésien —  reçut  le prix

Nobel d’économie  pour sa contribution au développement de la théorie conjoncturelle  dite 

de Mises-Hayek,  et  de la conjonction  de ces deux événement  naquit  un premier regain d’intérêt 

pour  les Austrian Economics.

En outre,  à partir du début des années 70,  il devenait aussi  de plus en plus clair  que le niveau  de vie

général  n’augmentait plus  comme auparavant,  mais avait même commencé  à baisser.  Et ce,  non

seulement  en Europe occidentale,  mais aussi  aux Etats-Unis,  dans le pays  vainqueur  des deux

guerres mondiales[9].  C’est  seulement  cela  qui a conduit à  redécouvrir  la théorie misésienne 

de l’interventionnisme. 

L’élément central  de cette théorie  était  la thèse  de l’impossibilité d’une « troisième voie »  (entre

le capitalisme  et  le socialisme).  D’après  Mises,  tous les systèmes interventionnistes  qui conservent

nominalement  la propriété privée  et l’entreprise  mais où  il revient à l’Etat  d’intervenir pour « corriger » 

les résultats du marché,  doivent mener  soit progressivement  au socialisme réel,  soit à un retour au

capitalisme.  Car  toute intervention  sur  le marché  est contre-productive  et crée  davantage du

problème  qu’elle était censée  corriger.  Une contribution  étatique  redistributive  au profit  de certains

revenus  — ceux des pauvres  ou des chômeurs  par exemple —  conduit  inéluctablement 

à une pauvreté  et à un chômage  accrus.  De sorte  qu’en second  lieu  il faudra  soit  diminuer  les

paiements,  soit  les interrompre  tout à fait.  A  moins  qu’on  n’accroisse  les sommes  versées,  et

ainsi  de suite,  jusqu’à  ce qu’à  la fin  on en vienne  à une  abolition  complète  de la propriété privée. 

Il est en revanche  impossible  de s’en tenir  au niveau  d’intervention  choisi  au départ[10]. 

Et finalement,  à  la fin  des années 80,  s’est produit  l’effondrement spectaculaire du socialisme réel

en Union soviétique  et dans les pays  de l’Europe  de l’Est.  Mises  avait  dès  le début  prédit  cet 

effondrement  comme inévitable.  Comme dans le socialisme  l’ensemble des facteurs  de production,  y

compris  la terre  et le sol,  sont possédés  par le collectif  et ne peuvent donc pas  être achetés ni

vendus,  ils n’ont pas  de prix  de marché  pour indiquer leur rareté.  Or,  en l’absence de prix

de marché,  tout calcul  économique  — toute comparaison  des  coûts  et des prix de vente —  est

impossible.  Socialisme  ne signifie  pas « davantage » de planification,  ni une planification  « meilleure ». 

Bien au contraire,  affirme Mises,  socialisme veut dire chaos :  le défaut  de toute planification, 

de toute action rationnelle,  calculée,  et doit donc nécessairement conduire en permanence 

à une mauvaise affectation  des facteurs de production,  à  la consommation du capital  et

à un effondrement irrésistible  du niveau  de vie  de la société.  Au vu  des événements spectaculaires 

en Europe  de l’Est  à la fin  des années  80,  et des dévastations économiques  du « socialisme  réel » 

désormais constatables  par tous et chacun,  nombre de socialistes  parmi les plus invétérés  ne

pouvaient  même plus s’empêcher d’avouer  que Mises  avait raison.

Un  changement  comparable  a marqué  l’influence  de l’école autrichienne  en ce qui concerne

particulièrement  le développement  des sciences économiques et sociales.  Dans les pays  de langue

germanique,  et particulièrement  dans le Reich allemand,  l’influence de l’école autrichienne  avait été 

dès le départ  extrêmement réduite.  En  Allemagne,  de la fin du XIX° siècle  jusqu’aux années  1920, 

les sciences économiques  et sociales  étaient dominées  par les représentants  de ce qu’on a appelé 

l' »école historique ».  Gustav von Schmoller  passait pour être  le maître d’une « science économique

de l’Etat. » [Wirtschaftliche Staastwissenschaften]  Son école,  celle des « Socialistes de la chaire »

[Kathedersozialisten],  régnait  sur les universités allemandes[11].  Schmoller  et ses adeptes,  comme

ses successeurs  dont par exemple  Werner Sombart,  tenaient pour établi  qu’il n’existait pas  de lois 

universellement valides en économie.  En économie  la théorie,  quand  elle était  le moins du monde

possible,  était  censée  ne pouvoir  se déduire  que de l’expérience historique.  L’histoire économique 

était la grande mode,  et  le « savant »  était celui  qui publiait  des compilations  raboutées à partir

de liasses  de documents*.  L’économie politique classique  abstraite et théorique,  et tout

particulièrement  le rationalisme absolu  de l’école autrichienne,  étaient tenus  dans le plus grand

mépris.  En-dehors de l’Allemagne,  cependant,  l’influence  de l’école autrichienne  croissait  presque

sans interruption.  La théorie « subjectiviste » de la valeur  fondée par Menger  devenait  le fondement 

de toute la théorie économique moderne.  La théorie de l’intérêt  de Böhm-Bawerk  fut reconnue  entre

autres  par des économistes aussi importants que Knut Wicksell  ou Frank A. Fetter  et  Irving Fisher, 

les plus influents théoriciens américains  de l’économie  de la première moitié du XX° siècle  et

fondateurs  de ce qu’on appelle l’école monétariste.  Les recherches  de Mises  sur  les fondements

épistémo-méthodologiques  de la théorie économique  influençaient  entre autres  Lionel (qui devait

devenir Lord) Robbins  et furent  connus  dans  le monde de langue  anglaise  grâce à sa Nature et

signification  de l’économique** publié  en 1932  et qui fut  extrêmement influente  jusque  dans les

années 1950.  Quant à  la théorie  conjoncturelle  de Mises,  à partir de laquelle lui-même et Hayek.  à 

la différence  d’une majorité  écrasante  de leurs  collègues)  avaient prédit  la crise mondiale  de la fin

des années 20[12],  connut un succès  franchement  sensationnel,  après que  Hayek,  à l’invitation  de 

Lionel Robbins,  eut  pour  la première fois  présenté  la théorie  en anglais  en 1931[13].

Cependant,  à partir  du milieu  des années 30,  ce fut  presque  un demi-siècle  de déclin  pour

l’influence de l’école autrichienne.  Si  foudroyant  qu’ait été  le succès de la théorie conjoncturelle 

de Mises et Hayek,  c’est aussi  rapidement  qu’elle fut oubliée,  après qu’en 1936 eut éclaté ce qu’on a

appelé  la Révolution keynésienne.  La Théorie générale  de Keynes  ne contenait rien  qui puisse

ressembler  à une amorce de réfutation  de la théorie  autrichienne.  Cependant,    alors  que  la théorie 

de Mises et Hayek  allait  au rebours de l’esprit du temps  — ce qui rend  son premier succès  d’autant

plus étonnant —  la réussite de Keynes  tenait au fait  qu’il avait prêté sa force d’expression  et sa

légitimité  scientifique  aux préjugés dominants  de l’étatisme.  La théorie  autrichienne  de la

conjoncture  fut simplement  supplantée,  et on finit par l’oublier[14].

Cependant,  un autre événement  fut  déterminant  pour  le long déclin  de l’école autrichienne 

commencé  dans les  années trente :  l’émergence  de la philosophie  du positivisme.  Les économistes

autrichiens  avaient eu d’emblée  une connaissance  des plus intimes  de la philosophie  positiviste  et  du

« rationalisme critique »  (le falsificationnisme)  de Karl Popper  qui en est très proche.  La place forte 

des positivistes  n’était-elle pas  ce qui devint plus tard  célèbre  sous le nom  du « Cercle  de Vienne », 

autour  du philosophe  Moritz Schlick ?  Le frère cadet  de Mises,  le mathématicien et théoricien

des probabilités  Richard von Mises,  était  un membre éminent  du cercle de Schlick,  et

le méthodologiste  Felix Kaufmann  participait régulièrement  aussi bien  au cercle de Schlick  qu’à celui

de Mises,  et  amenait  souvent  chez ce dernier des schlickiens  comme invités  au Privatseminar 

de Ludwig von Mises.[15] 

Le cercle  de Schlick était  considérablement plus restreint  que celui de Mises,  et  la philosophie

positiviste  était  d’abord  — en Autriche  et en Allemagne  quasiment  sans influence aucune.  Cela  ne

changea qu’après  que  la plupart des positivistes,  à  la suite de la prise  de pouvoir  par les Socialistes

Nationaux,  eurent émigré  dans les pays anglo-saxons,  et qu’une partie d’entre eux  y eut,  en tant

qu’intellectuels  européens,  obtenu  des postes universitaires éminents.  A  la suite de la Seconde

guerre mondiale  — de l’apparition des Etats-Unis  comme superpuissance militaire  avec ses alliés,  et 

le déménagement  du foyer  de la recherche scientifique  de l’Europe vers les USA,  accéléré  par

l’émigration  des savants européens  au cours des années 30 —  ils finirent  par réexporter vers

l’Europe  l’influence qu’ils avaient acquise là-bas,  et  la vision positiviste  du monde  devint  au cours

des décennies  la philosophie dominante  du monde occidental.

A  la différence  des historicistes,  les positivistes  et les falsificationnistes  ne niaient pas  entièrement 

la possibilité  des lois économiques.  Mais  ils  affirmaient  qu’on ne peut  jamais  formuler  que deux

types  de lois générales :  il peut s’agit  de définitions terminologiques  arbitraires — des propositions

analytiques —  et  de leur  avatars  tautologiquement déduits :  ces  énoncés  seraient  vrais  à titre 

non hypothétique  (a priori) mais,  soi-disant,  ils n’auraient  aucune sorte  de contenu  factuel.  Ou

alors,  ce seraient  des propositions  empiriques,  liées  à  la réalité,  mais  alors  — prétendument — 

elles n’auraient jamais  qu’une  validité  hypothétique  et devraient être  vérifiées  et retestées  sans

cesse  au vu  de l’expérience.  En revanche,  ce que  la tradition  rationaliste centrale  de l’école

autrichienne avait déterminé  comme le characteristicum specificum  de la science économique  et

que,  depuis des siècles,  la plupart des économistes  avaient  aussi  (au moins implicitement)  reconnu

comme la marque distinctive  essentielle des énoncés  de l’économie politique :  à savoir  qu’il s’agit 

d’une connaissance  non hypothétique  de la réalité  ou,  pour parler  comme Kant,  de jugements vrais 

synthétiques a priori ;  cela,  c’est ce que  positivistes et falsificationnistes  décrétaient  absolument

impossible[16].

[Alors],  sous l’influence  du positivisme  et du poppérisme,  les sciences économiques  devinrent  soit 

une sorte de jeu mathématique  soit  une version « économique »  de la « recherche expérimentale »  pour

laquelle — et en cela  elle est étroitement liée à l’Historicisme — il n’existe  aucune espèce 

de différence systématique  entre la théorie et l’histoire,  l’histoire  passant en outre pour un fondement 

indispensable  et un terrain d’essais  pour toute théorie. 

En tant que discipline  analytique,  l’économie  a  de plus en plus  dégénéré  en « économie

mathématique »,  en branche secondaire  des Mathématiques (largement  ignorée  par les « vrais »

mathématiciens).  Libérés  de toute obligation  de justifier  d’un lien quelconque  avec la réalité

de l' »activité économique »  proprement dite,  les « économistes »  mathématiciens  s’affairent depuis  sur

des systèmes d’hypothèses arbitraires,  à développer et à démontrer  leurs implications

logico-mathématiques  et leur cohérence interne.  Ils analysent — dans les cas extrêmes  sans recours

aucun à la langue naturelle,  par des moyens  exclusivement  mathématiques —  les propriétés  d’objets

et de situations imaginés à discrétion — c’est dire  qu’ils n’existent pas :  l' »équilibre »,  l' »indifférence », 

l' »information parfaite ».  Ils font  des calculs :  additionnent,  soustraient,  multiplient,  divisent, 

différencient,  intègrent —  des unités d’objets  imaginés pour la convenance  — l' »utilité »,  et font force

suppositions et opérations  sur des relations arbitraires — non-existantes :  fonctions et déterminations

simultanées — entre des objets  et des propriétés  non moins  arbitrairement postulés. 

Le résultat,  comme l’établit  un coup d’œil  sur n’importe  laquelle  des revues internationales 

spécialisées  soi-disant  en pointe,  est un flot  ininterrompu  d’exercices symboliques  littéralement 

dépourvus  de toute signification  et  de toute applicabilité  — des jongleries mathématiques  en lieu et

place  d’une science  sérieuse et authentique,  sans même  la plus petite ressemblance  avec ce qui 

jadis  — jusqu’à il y a quelques décennies —  passait pour être la science économique,  et que

l’ensemble des « économistes classiques »  entendaient d’ailleurs par là[17]. 

De l’autre côté — en tant que discipline « empirique » —  la science économique  dégénérait  toujours

davantage  en une « recherche quantitative », ou encore en « économétrie ». 

Puisque,  soi-disant,  il ne pouvait y avoir  de connaissance  de la réalité  qui ne soit hypothétique  et

que toute connaissance empirique  ne pouvait  prétendument  être qu’hypothétique,  alors on pouvait 

— on devait —  procéder  dans le domaine des sciences économiques et sociales  exactement  comme

dans celui  des sciences naturelles expérimentales :  par la méthode  de l’essai  et de la découverte

des erreurs. 

On formule donc  des hypothèses (des modèles) au choix  sur les rapports  entre certaines grandeurs

(variables) empiriques,  puis on « observe »  ou on  « n’observe pas »  les données  qui devraient

y correspondre,  pour finalement « tester »  les hypothèses  à l’aune de ces données-là.  Que les

prédictions  déductibles des hypothèses  « correspondent »  avec les données effectives,  et

l’hypothèse est confirmée,  jusqu’à nouvel ordre ;  qu’elles n’y correspondent pas,  et voilà que

l’hypothèse est réfutée  et doit être soumise  à révision. 

Les conséquences de cette forme ([pseudo-]expérimentaliste)  de la science économique,  on peut 

de même  les constater  d’un simple coup d’oeil  dans les périodiques les plus en vue  du monde

universitaire.  Entre deux exercices  de jonglerie mathématique,  on n’y trouve guère  autre chose  que

de la « construction  de modèles »  et des « tests ». 

Les résultats,  cependant,  sont suffisants  pour dégriser n’importe qui.  La capacité de prévoir

des modèles économétriques  — comme  l’opinion générale  elle-même  le reconnaît d’ailleurs  de plus

en plus —  est un sujet de rigolade  proverbial.  Tout profane un peu dégrossi,  sans y avoir recours 

le moins du monde,  peut produire des pronostics  aussi bons  (ou aussi mauvais)  voire bien meilleurs. 

La recherche quantitative  en économie  n’a jusqu’à présent  jamais produit  une seule nouvelle idée

fondamentale

— cependant  qu’au cours d’une multitude innombrable  d' »études scientifiques »  engagées à cette fin, 

[cette même recherche quantitative] contribuait  à ce que  même les fondements  les plus apparemment

inébranlables  de l’économie politique  soient remis en question  par des aventures « expérimentales » ;

cependant que,  dans  le domaine  des sciences économiques et sociales,  il ne se trouvait  guère 

de proposition,  si incroyable  ou folle  qu’elle ait semblé  être,  qui n’ait trouvé  diverses études

« empiriques »  pour,  simultanément,  aussi bien  la « confirmer » que la « réfuter » par l’expérience[18].

Vu l’insignifiance patente  de l’économie mathématique,  le caractère  de plus en plus visiblement 

arbitraire  des objets et des résultats  de la recherche empirique  et  la perte  d’intérêt,  la dévalorisation 

de la recherche scientifique  en économie en tant que telle  qui en sont résultées,  l’économie,  à partir

de la fin des années 70,  s’est retrouvée dans une « crise  scientifique » au sens  de Thomas Kuhn[19], 

crise qui  s’aggrave toujours  depuis lors. 

En dépit  de leur échec  manifeste,  les économistes quantitativistes  et mathématiciens  n’ont

naturellement pas abandonné  leurs postes  et règnent toujours aujourd’hui  sur les universités en vue  et

sur les publications  scientifiques.  Mais  parmi les étudiants  et les savants  des générations montantes, 

il est depuis  apparu  de plus en plus  de contestataires,  qui rejetaient  l’ensemble  du programme 

de recherche (le paradigme) positiviste-falsificationniste  comme stérile  et même catégoriquement

vicié,  et  se tournaient  vers un autre,  ou se consacraient  à  la recherche  d’une porte  de sortie

analogue.  De même  a-t-on pu  constater  une reprise  dans  la création  de nouvelles revues 

spécialisées,  qui ne se présentaient  plus seulement  comme des concurrentes directes  des périodiques

établis  avec leurs auteurs et/ou lecteurs  et  le même  programme  de recherche (mais en mieux  et

en plus mathématiquement compliqué  — ou au contraire plus mauvais  et plus simple),  mais 

entendaient offrir à la place  un produit entièrement autre,  fabriqué  par des auteurs différents  et

adressé  à des lecteurs  différents  (ou du moins convertis)[20].

La crise  du programme de recherche  positiviste  s’aggrava  au cours des années 80,  après  que les

prédictions mêmes  des monétaristes,  qui avaient entre-temps  supplanté les keynésiens  comme école

« dominante »  de la science officielle,  s’étaient  elles aussi révélées  d’une fausseté patente[21]. 

Dans  cette situation de crise,  on n’a pas seulement  vu ressusciter  les autres versions  du relativisme 

dans les sciences sociales,  étouffées  au cours des hautes eaux du positivisme :  de l’économie

néo-institutionnaliste,  rhétorique,  interprétativiste,  herméneutique,  post-moderne  ou

ultra-subjectiviste[22] ;  on a surtout assisté  à  la redécouverte  de la tradition de l’école autrichienne et 

de la différence essentielle  de son programme de recherche  rationaliste.

Les plus grands représentants  de l’école autrichienne,  et en particulier  Ludwig von Mises,  avaient 

dès  le départ  réprouvé  comme fausse et contradictoire  la méthodologie  positiviste-falsificationniste 

ainsi que son emploi  dans  le domaine des sciences  économiques et sociales. 

Pour commencer,  disait Mises,  il est  contradictoire  de prétendre  qu’il ne saurait y avoir  que

des propositions  analytiques  ou des propositions empiriques ;  car  cette affirmation même,  si on veut 

lui prêter  la moindre force probante  — c’est-à-dire  si elle ne doit pas  n’être à son tour  qu’une

proposition  analytique « arbitraire »  ou alors  une affirmation empirique  « hypothétique » —  doit 

elle-même  représenter  justement  ce que les positivistes  prétendent être impossible : à savoir 

une connaissance  non hypothétique  de la réalité. 

Deuxièmement,  indépendamment  de ce que l’on peut penser  du caractère applicable ou non de la

méthode positiviste  dans le domaine  des sciences  de la nature,  dans tous les cas  il est contradictoire 

de penser  qu’elle puisse aussi trouver un emploi  dans  le domaine  des sciences sociales ;  car  tout

savant  qui teste  des hypothèses  doit  au moins implicitement  convenir  qu’en principe  il n’est pas 

en position  de prédire aujourd’hui  les résultats  à venir  de sa propre  activité future  de recherche  (en

fait,  c’est justement  parce qu’on est incapable  de le faire que  la recherche  a le moindre sens),  et

il s’ensuit  que c’est par principe  que lui-même,  et son agir propre  — c’est-à-dire 

le domaine des objets qu’étudient les sciences sociales —  ne peuvent  pas du tout  s’expliquer  ni se

prédire  comme les positivistes se l’imaginent*.

Depuis la fin des année 70,  au vu de l’échec de plus en plus patent  du programme  de recherche

positiviste-falsificationniste,  on ne s’est  pas borné  à redécouvrir ces arguments-là ;  de plus en plus, 

particulièrement  chez les jeunes experts  en sciences économiques et sociales  on découvrait aussi que

l’école autrichienne  qui était  presque tombée dans l’oubli  pendant les hautes eaux  du positivisme

avait  — dépassant largement  la  critique logique du positivisme  et dans l’ignorance  de la plupart 

de l’opinion scientifique —  élaboré  un système  d’économie  descriptive  presque complètement

développé et achevé,  dont les propositions, par leur nature, tranchent fondamentalement 

avec l’insignifiance  et l’arbitraire  des énoncés  de la recherche économique  positiviste.

— Premièrement,  à  la différence  de ce que font  les économistes mathématiciens,  la tradition

centrale  de l’école autrichienne de Menger à Rothbard avait toujours  inébranlablement affirmé  que

l’ensemble des concepts,  opérations et relations  de l’économie  possèdent  un contenu factuel et

pratique  parfaitement clair et déterminé 

— ce n’est qu’en tant  que science de la réalité  que l’économie  peut justifier son existence ; 

de sorte  qu’en économie  tous les concepts  et  relations conceptuelles  doivent se rapporter 

à des objets  et à des événements  réels  — ou du moins  qui peuvent exister. 

Parmi les concepts  qui peuvent prétendre  à un contenu empirique  et opérationnel  dépourvu de

toute ambiguïté  figurent  entre autres  l’action  (la poursuite délibérée  d’un objectif  en faisant usage

de moyens qui sont rares),  l’appropriation,  la propriété  et l’agression  (la violation  de la

propriété) ;  la consommation,  la production  et les moyens de production ;  l’échange direct, 

les prix  et  la contrainte  (l’échange forcé) ;  l’échange indirect,  les instruments d’échange  (la

monnaie)  et  le calcul en monnaie ;  l’intérêt,  le crédit  (l’échange  inter-temporel)  et 

le capital ;  le profit,  la perte,  l’accumulation et  la consommation du capital  ainsi que 

la faillite.

En revanche,  il faut  exclure par principe  de toute analyse économique  tous les concepts et

hypothèses  qui décrivent  des objets ou des événements qui n’existent pas (irréalistes)  voire qui ne

sauraient exister  — à moins que ce ne soit à des fins didactiques :  comme feuille  de contraste 

pour expliquer  voire développer  un concept réaliste  évidemment différent.  C’est valable

par exemple pour  le concept  d' »équilibre »  — l’action  est toujours  l’expression  d’une

préférence,  du souhait  d’une amélioration  du bien-être ressenti  et de ce fait,  une personne  qui

agit,  aussi longtemps  qu’elle agit seulement,  n’est jamais  en équilibre,  et son action  ne peut donc

jamais se décrire  au moyen d’une équation[23]. 

Cela vaut pour le concept  d' »indifférence »,  et pour toute l’analyse des « courbes d’indifférence » 

qu’on a construite  dessus  — toute action  est l’expression  d’un choix délibéré,  et implique  que

l’on préfère  un produit  ou une satisfaction  à un autre :  une personne  qui agit  ne peut donc

jamais  être indifférente  à des quantités  ou à des combinaisons  de produits[24]. 

C’est [aussi] valable  en ce qui concerne l’hypothèse  de prévision parfaite — l’action  est toujours 

une action face à l’incertitude,  avec une information  imparfaite[25]. 

Et c’est particulièrement vrai  en ce qui concerne  l’emploi  de l’arithmétique  et des mathématiques.

Il est évident  qu’on ne peut  se servir  de l’arithmétique et des mathématiques  que là  où il existe

des unités  que l’on peut compter  et/ou  des  grandeurs  que l’on peut mesurer

Il est indubitable  que de telles unités,  de telles grandeurs,  existent,  et non moins évident qu’il

existe  de ce fait,  dans cette mesure,  un large domaine d’application pour les mathématiques. 

La réalité extérieure,  où les personnes agissent,  contient des unités  que l’on peut compter, 

des grandeurs  que l’on peut mesurer,  et les relations  entre ces unités  et des objets  peuvent aussi 

de ce fait  se traiter mathématiquement. 

Cependant,  le résultat  de cet emploi  des mathématiques  est du domaine de la technique. 

Le savoir technique  — savoir  comment  on peut estimer à l’avance  certains résultats externes

(physiques)  sur la base  de certaines opérations  de comptage,  de mesure  et  de calcul  a

indubitablement  une grande importance,  mais cela  n’a rien à voir  avec ce dont  l’économie  se

préoccupe :  ce n’est pas d’expliquer  comment certains « entrants »  se transforment  en certains

« extrants »  que l’économie  s’occupe  (cela,  c’est de la technique  de production !) ;  c’est,  bien

au contraire,  de la manière  dont les personnes  qui agissent  font un choix  entre une multiplicité 

de techniques réalisables  de production : comment  elles se décident  (choisissent)  entre divers

types  possibles  de production et,  pour un produit donné,  entre différentes  combinaisons 

possibles  de biens  de production[26]. 

Cette  procédure de décision,  ce choix économique,  porte sur des objets externes (objectifs)  qu’il

est  possible  de compter  et  de mesurer.  Mais  ce ne sont pas  ces objets externes-là  qui

déterminent  son issue :  c’est une évaluation subjective  [par un acte  de la pensée] à leur sujet : 

jugement  de valeur  porté,  par une personne qui agit,  sur l’utilité perçue à  la marge  (valeur) 

des objets et relations  externes  susceptibles d’être comptés,  mesurés  et  calculés. 

Or,  l’utilité du produit particulier  ou  de la combinaison donnée  de biens  de production 

déterminée  par le choix économique  n’est  elle-même  pas un objet  (une grandeur)  comptable  ni

mesurable.  L’utilité  est une grandeur  intensive et non extensive. 

On peut  ranger  les objets  et les événements  relativement à l’importance  qu’on leur a attribuée 

(comme plus ou moins utiles [dans ce contexte]),  et  la formation  d’une hiérarchie  par ordre

d’importance  et  tout  ce dont on a besoin pour faire un choix  économique ;

en revanche,  on ne peut  jamais  mesurer l' »utilité »  d’un objet.  Il n’existe pas d' »unités » 

d’importance,  et en l’absence  de telles unités  il n’existe  aucune espèce  de possibilité de se servir 

d’opérations mathématiques  ni  de « quantités », et encore moins  de « fonctions » d’utilité.  Au-delà 

de ce classement  des objets  par ordre de rang,  il n’existe  aucune espèce  de relation

mathématique  (quantitative)  entre l’utilité  de différents objets,  quantités d’objets  et combinaisons

d’objets. 

La conséquence  n’est pas seulement  qu’en économie  il faut  proscrire  comme non scientifique 

toute comparaison d’utilités  entre les personnes :  il ne faut pas moins  rejeter toutes  les opérations

mathématiques  où  l’expression d' »utilité »  apparaît de façon illégitime*.  Et en particulier,  il faut

exclure  tout emploi  du concept d' »utilité totale »  comme complètement anti-scientifique ;  car l’idée 

d’une « utilité totale”  présuppose logiquement que  l’on pourrait faire la somme — arithmétique ou

intégrale —  des jugements d’utilité  portés à la marge  [à l’occasion  des diverses actions]  sur les

divers objets et quantités d’objets.  Or,  dans la réalité [des choix],  il n’y a jamais d’utilité  « totale », 

mais  seulement  l’utilité à  la marge  [c’est-à-dire  à l’occasion de ces choix]  de quantités d’objets 

plus ou moins grandes ou petites.  A cette marge-là,  l’utilité  d’une quantité plus grande  d’un objet

donné  est toujours  nécessairement  plus grande  que celle  d’une plus petite quantité  du même bien

[par définition même  de ce que c’est qu’un bien].  Et sur les objets  en quantité  ou d’une grosseur

donnée  règne  la loi  bien connue  de l’utilité marginale décroissante :  l’utilité  à  la marge  de l’unité 

d’un objet  d’une certaine taille  diminue toujours  lorsque  la quantité  du bien  à  la disposition d’une

personne augmente  d’une unité supplémentaire,  c’est-à-dire  que l’utilité à la marge  de la deuxième

unité  de l’objet  est toujours  nécessairement moindre que celle de la première,  etc. 

Toutes ces relations  sont ordinales par nature  — et il n’existe aucune espèce  de point de départ 

pour un emploi quelconque  de l’arithmétique  ni des mathématiques  en théorie économique[27].

Dans  le cadre  de l’économie analytique  (mathématique),  le processus  de formation des concepts

et des postulats  est supposé arbitraire,  ce qui doit forcément conduire à des énoncés dépourvus

de sens ;  la tradition rationaliste  de l’école autrichienne  s’est au contraire  toujours  souciée 

de faire  que tout concept  et tout postulat  possède  un fondement  empirico-opérationnel 

parfaitement clair, et doive  se rapporter  à un objet réellement  ou  du moins  potentiellement

existant.  Ainsi,  tout ce que l’Ecole autrichienne  a pu avoir à dire a été directement applicable,  et

intéressant  pour  la pratique.

— Deuxièmement,  par opposition  à la pratique  des chercheurs quantitativo-empiristes 

en économie,  la tradition autrichienne  avait toujours  inébranlablement affirmé  que

ce que décrivent  les énoncés  de l’économie politique  consiste en des relations  nécessaires  et non

hypothétiques,  et que  la logique  de la recherche et du progrès  scientifiques  dans le domaine

des sciences économiques  diffère fondamentalement  de la méthode positiviste  des essais  et  de la

découverte des erreurs. 

La loi  de l’utilité marginale décroissante  n’est pas  une hypothèse,  elle est  logiquement déduite  du

fait universel  que toute action  implique  une préférence,  associé  à la supposition  que 

la disponibilité  d’un bien particulier  s’accroît  d’une unité de taille comparable. 

De même,  ce n’est pas une hypothèse,  mais une relation logiquement nécessaire,  quand on dit  que

tout échange volontaire  entre deux propriétaires privés  doit nécessairement  être perçu  ex ante 

comme avantageux  par l’un  comme par l’autre,  et que  les deux parties  à l’échange  présentent 

un ordre de préférences  inverse  en ce qui concerne  les objets échangés. 

Et il n’est  pas davantage  purement hypothétique  qu’un accroissement  de la quantité de monnaie 

conduise  à une perte relative de son pouvoir d’achat,  à un changement sans la structure des prix

relatifs  et à une redistribution des revenus. 

Et il n’est  pas non plus  « hypothétique »  que des loyers maximum  fixés  par la loi  conduisent 

à une pénurie  dans le domaine  du logement locatif,  que des salaires minimum  imposés  par la loi 

provoquent  un chômage forcé,  ou qu’il  ne peut pas  y avoir  de calcul économique  dans

une économie socialiste. 

Tous ces énoncés  décrivent également  des relations  logiquement,  conceptuellement nécessaires. 

A  la place  d’un choix  arbitraire  d’hypothèses de départ  (ce que fait  la recherche économique 

empirico-quantitativiste)  la tradition rationaliste des autrichiens  apporte  une validité  et

une nécessité  catégoriques (apodictiques).

Pour un positiviste,  une telle prétention  à la validité  doit présenter  tous les traits  de l’hubris 

intellectuelle.  En fait,  elle est  bien au contraire  dictée par une modestie  intellectuelle affirmée. 

Tout d’abord,  invoquer  la validité apodictique  de ses énoncés  n’implique  en aucun cas 

une prétention  à être infaillible.  La logique aussi, et  la Mathématique,  traitent  de relation  non

hypothétiques — et  ni les logiciens  ni les mathématiciens  ne réclament  pour eux-mêmes aucune

espèce  d’infaillibilité.  Ce qu’ils prétendent  simplement,  c’est  que  la preuve  du caractère erroné 

de leurs  énoncés  doit être apportée  sur  la base d’autres propositions  non hypothétiques mais

logiques ou mathématiques,  et non pas  sur celle de « tests »  empiriques  quelconques. 

Les  autrichiens n’exigent  rien  de plus,  ou rien d’autre,  pour leurs propres énoncés. 

Des arguments  non hypothétiques — praxéologiques — ne peuvent  s’attaquer  qu’au moyen

d’autres arguments  praxéologiques. 

En outre,  qu’ils invoquent  une validité  apodictique  pour leurs énoncés  n’implique  en aucune

manière  une prétention  à l’universalité,  du genre  que toute connaissance factuelle  dans

le domaine  des sciences de l’action humaine  serait de cette nature apodictique-là,  bien au contraire

:  alors que  pour les positivistes,  tous les phénomènes sociaux  doivent êre traités par une seule  et

même méthode,  on a toujours insisté,  de  Menger  à Rothbard,  sur une séparation stricte  entre

la théorie  et les énoncés théoriques  (la théorie économique)  d’une part  et l’histoire  et autres

descriptions  événementielles  (y compris  les prévisions  des entrepreneurs)  d’autre part.  La

théorie économique  ne peut expliquer  qu’un petit domaine,  étroitement limité,  des phénomènes  et

des aspects  de la réalité sociale  — mais  elle est tenue  de le faire apodictiquement.  Un autre

domaine  (plus étendu  et plus important)  des phénomènes  et aspects  de la société  demeure

complètement fermé  aux explications  et aux prédictions  de la théorie économique.  Dans ce

domaine  — celui  de l’explication historique  et de l’activité  de prévision  des entrepreneurs —  il

n’existe  aucune connaissance apodictique,  mais  jamais rien d’autre  que des tentatives

de reconstruction  ou de prédiction  construites à partir  d’une compréhension du passé[28].

Avant tout,  la prétention au caractère apodictique  de la part des économistes autrichiens n’implique

aucune arrogance intellectuelle,  mais tout au contraire  un respect déférent  pour l’histoire  de la

pensée économique. 

En effet,  si les lois économiques  consistent effectivement  en des énoncés  catégoriquement  (et non

« hypothétiquement ») vrais,  alors  on devrait s’attendre à ce que ces lois,  en toute hypothèse, 

traduisent  des vérités « anciennes »,  découvertes depuis longtemps.  Que l’on  découvre 

de « nouvelles » lois  non hypothétiques,  même si  ce n’est pas exclu,  doit être  un événement

intellectuel  plutôt rare,  et  plus celles-ci  sont « nouvelles »  et plus  on doit  les envisager avec

soupçon.  On devrait  s’attendre à ce que  la plus grande partie  de ce qu’il y a  à découvrir 

en manière de connaissance factuelle  non hypothétique  ait déjà été découvert  et pris en compte  et

n’ait  qu’à être redécouvert  et réappris. 

Et  cela veut dire  que l’on doit s’attendre  à ce que,  dans  le domaine de l’économie — comme

dans les autres disciplines  qui s’occupent d’énoncés catégoriques  (non hypothétiques)  de fait  et

de cause  (comme par exemple  la philosophie,  la logique,  la mathématique,  l’éthique),  le progrès

de la science  soit forcément  lent et malaisé.  Le « danger »  n’est pas  que chaque génération

d’économistes  manque à  ajouter  — en  mieux  ou en neuf —  au stock  de connaissances  qu’elle

hérite,  mais au contraire  qu’elle n’apprenne plus — ou plus  aussi complètement —

une connaissance  déjà disponible  ou retombe  dans des erreurs  anciennes  — voire,  plus

rarement,  de nouvelles. 

De ce côté-là,  justement,  les autrichiens  archi-rationalistes  (apodictiques),  de Menger 

à Rothbard,  se sont toujours distingués  par une attitude  de stricte humilité intellectuelle,  décantée 

par un apprentissage approfondi  de l’histoire des dogmes économiques.  Pour l’essentiel,  ils

ne prétendaient  rien être d’autre  que les gardiens d’un savoir ancien,  traditionnel,  et

leur revendication  d’originalité scientifique,  quand elle était  seulement évoquée,  était

des plus modeste.

Ce sont  bien au contraire  les chercheurs  empiristes-quantitativistes  en économie,  pour qui 

soi-disant  il ne saurait  y avoir  qu’une connaissance hypothétique  et non apodictique  de la réalité, 

qui se sont montrés  arrogants  et obtus. 

De leur point  de vue  positiviste-falsificationniste,  la recherche économique  empirique  est

un processus ininterrompu  de progrès  — se rapprochant toujours davantage  de la vérité — 

d’essais  (les hypothèses),  de constatation des erreurs  (la « réfutation »)  et  de tentatives

renouvelées  (avec des hypothèses modifiées).  De sorte que  toute connaissance  « plus tardive » 

(plus récente)  apparaît forcément  toujours  comme une connaissance  « meilleure » ;  car  à mesure 

que passe  le temps,  après un délai plus long,  il est toujours  possible  d’avoir éliminé  davantage 

d’erreurs. 

Il est donc « scientifiquement légitime »  que dans son travail,  chaque génération montante

d’économistes  ne se soucie jamais  que du dernier (du plus récent)  état  de la recherche  et

n’attribue  à l’histoire de sa propre discipline  que la valeur  d’une antiquité  bonne à mettre

au musée.  Comme chez les physiciens,  il y est également légitime pour un économiste  qu’il

apprenne  son métier exclusivement  à partir de manuels contemporains  et d’articles de revues  qui

sont  les plus récents  et les plus novateurs à ce moment-là ;  et,  de même que les physiciens 

s’occupent  fort peu,  ou pas du tout,  de l’histoire  et des classiques de la physique  :  quel est 

le physicien  qui,  pour avancer dans ses études de physique,  lit aujourd’hui Aristote,  Galilée, 

Newton  ou même Einstein ?! ;  de même  devrait-on,  en tant qu’économiste,  ne pas s’occuper 

(ou alors  seulement  à  la marge)  de l’histoire  et des classiques  de son propre métier  (car on

suppose  que toutes les vérités classiques,  moins  une série d’erreurs  entre-temps éliminées,  ont

été reproduites  dans les manuels  contemporains).  L’histoire  de l’économie politique  a la même

importance  relative  dans la formation des économistes  que l’histoire de la physique  dans

la formation des physiciens  — le superflu d’un élevage d’orchidées ! 

A suivre  ce point de vue (positiviste),  il serait admissible,  normal,  que les chercheurs

empirico-quantitativistes  se rengorgent  d’autant plus  de leur propre originalité scientifique  qu’ils

connaissent moins l’histoire  de l’économie  politique  ainsi que ses classiques,  et qu’ils puissent

alors  (n’ayant jamais appris  rien d’autre)  inébranlablement s’accrocher  au programme 

de recherche  positiviste-falsificationniste  alors que  le caractère inopérant  de leur mode 

de recherche  est patent  depuis belle lurette.

Ce n’est donc pas  parce qu’elles seraient triviales,  arbitraires  et intellectuellement  arrogantes  que

les propositions  du système rationaliste  de l’économie  et de la théorie sociale  autrichiennes 

(construit  avec constance de Menger  à Rothbard)  se distinguent particulièrement.  Elles  le font

bien au contraire  parce que,  sans aucune exception,  elles sont  à  la fois  pertinentes,  logiquement

contraignantes  et modestes dans leurs ambitions.  Elles au moins,  en effet,  se limitent  à leur

domaine propre  d’énonciation  et de validité,  et se fondent sur une connaissance  authentique 

de l’Histoire.

A partir  du milieu  des années 70,  face au contexte  d’une crise de l’État-providence  toujours plus

évidente  et de l’impasse  concomitante  du positivisme  (et de la philosophie  de l’ingénierie sociale  au

coup par coup),  une croissance constante  du nombre d' »autrichiens »  déclarés  se produisit  après

des décennies d’oubli,  d’abord  et avant tout  aux Etats-Unis,  mais aussi en Europe et en Amérique du

Sud. 

Dans le monde académique,  les autrichiens  sont encore  une tout petite minorité.  Vu  le jugement

que porte l’Ecole autrichienne  sur le programme de recherches  positiviste  tout entier — de l’économie

mathématique  à la recherche empirico-quantitative en économie  (l’économétrie) —  comme étant 

l’erreur intellectuelle  du siècle,  c’est  difficilement surprenant.  En outre,  étant donné  le fait  que les

autrichiens  sont,  comme résultat final  de leur recherches  économiques,  devenus  des défenseurs 

apodictiques  et catégoriques  de l’idée  « démodée »  d’une économie  monétaire  et capitaliste  fondée

sur la propriété privée  et la liberté d’entreprendre  — du libéralisme en somme —  et dénient donc

fondamentalement  toute justification à l’ensemble de l’État-providence moderne  (démocrate-social) 

en général  et au système universitaire  plus ou moins complètement étatisé  en particulier,  il fallait 

carrément  s’attendre  à ce que  la progression desdits autrichiens  soit âprement combattue  par

l’establishment des universités.  En dépit  de ces obstacles,  la représentation des autrichiens  dans

le monde universitaire  des sciences économiques et sociales  ne s’est pas moins  accrue  sans

discontinuer.  Depuis,  des autrichiens  se sont mis à enseigner  dans des dizaines  d’universités

américaines,  et  il existe  tout un ensemble  de facultés  à l’orientation  autrichienne  prononcée.

Au-delà  du domaine universitaire,  l’Ecole autrichienne  a surtout réussi  depuis  à prendre pied, 

de plus en plus,  dans l’opinion profane cultivée,  et par là  exercer une influence  toujours croissante 

sur l’opinion publique américaine.  Alors que  pour les personnes  employées  en-dehors  de l’activité

universitaire  (qui sont  dans  la vie normale)  les résultats  de l’économie  mathématique  et  de la

recherche  empirico-quantitative  sont dépourvus d’intérêt  et n’ont aucun sens  (personne n’est prêt 

à payer  volontairement  pour les acheter),  les économistes  autrichiens  ont eu à dire  des choses que

les êtres humains « normaux »  peuvent comprendre,  et dont  ils pouvaient  apprécier  le sens  et

l’importance.  Et ce que  les autrichiens  avaient à dire :  simple,  éprouvé  et logiquement nécessaire, 

frappait  dans ce public-là  une corde  de plus en plus sensible  au vu de la crise  toujours plus évidente 

de l’État-providence  et  du discrédit croissant  qu’elle valait  aux écoles interventionnistes 

de l’establishment,  keynésiens  et monétaristes. 

Résultat  et traduction  de cet état de fait,  en  1982  fut fondé  le Ludwig von Mises Institute,  installé 

dans l’enceinte  de la Auburn University  à Auburn,  Alabama,  et  uniquement  financé  par des fonds

privés. 

C’est  particulièrement  grâce à l’activité  du Mises Institute  — à ses conférences  scientifiques, 

séminaires d’enseignement,  universités d’été,  bourses,  livres,  revues et magazines,  savants  et

populaires —  que l’idée autrichienne  du rationalisme  dans les sciences sociales  et d’un ordre social 

libéral  reçoit désormais  une audience  plus claire  et plus catégorique. 

Aujourd’hui,  à  la fin du vingtième siècle,  dans l’opinion publique  américaine,  la voix des Austrians 

représente  à nouveau  une force  intellectuelle qu’on ne peut plus manquer d’entendre  ni refuser 

de reconnaître.  Et  le programme desdits Austrians  — la propriété privée  et  la division  coopérative 

du travail  comme fondements  du bien-être moral  et  matériel ;  un ordre politique  dont  la fonction 

exclusive  est  de garantir  et  de maintenir les droits  de propriété privée ainsi que  l’économie 

de marché [libre]  qui en résulte :  qui n’intervient  pour « corriger »,  ni  dans  la différenciation

personnelle des revenus  et des patrimoines  ni dans  le domaine  de l’éducation  et  de l’enseignement, 

et qui doit  en même temps  s’accommoder  du droit  de sécession  inconditionnel  des entités

politiques  plus petites  vis-à-vis  des plus grosses ;  le libre-échange  et un étalon-or  international—  a

exercé  une influence intellectuelle décisive  sur  la « contre-révolution populiste »,  d’opposition

fondamentale  au  « Welfare-warfare State » centralisé  — à Washington,  D. C.—  qui a pris 

aux Etats-Unis  les  proportions  d’un mouvement  de masse  à partir  du début  des années 90.

Cependant,  à  la fin du vingtième siècle,  malgré  tous ses succès au cours des deux dernières

décennies,  l’école autrichienne  n’a pas encore  réussi  une véritable percée,  et il est à craindre  qu’un

effondrement  économique  du système (démocrate-social)  d’État-providence  occidental  doive

d’abord  se produire,  avant que  l’heure  de l’économie autrichienne  ne commence  à sonner.

 

Bibliographie

 

•              Advances  in Austrian Economics

•              Atlantic Economic Journal consacré à « Carl Menger and Austrian Economics »,  Vol. 6 

Nr. 3,  septembre 1978.

•              Robert Batemarco,  « GNP,  PPR,  and  the Standard  of Living »,  Review 

of Austrian Economics,  Vol. 1,  1987.

•              Samuel Bostaph,  « The Methodological Debate Between Carl Menger and

the German Historicists ».  Atlantic Economic Journal consacré à « Carl Menger and Austrian

Economics »,  Vol. 6  Nr. 3,  septembre 1978.

•              Edwin Dolan,  ed.,  The Foundations  of Modern  Austrian Economics.  Kansas

City:  Sheed  and Ward,  1976.

•              Milton Friedman,  « The Resource  Cost  of Irredeemable  Paper Money »,  Journal

of Political Economy (1986).

•              David Gordon,  « Lost in the Move? »,  The Mises Review,  Fall 1995

•              François Guillaumat,  « Annexe »  in  Murray N. Rothbard etal.,  Economistes et

charlatans.  Paris,  les Belles Lettres,  1991.

•              Friedrich A. Hayek,  Prices and Production (1931).

              Friedrich A. Hayek,  Prix  et production.  Agora, 1986 (1975).

              Friedrich A. Hayek,  « Einleitung«  [introduction]  aux Erinnerungen  [Notes and

Recollections]  de  Ludwig von Mises.  Stuttgart :  G. Fischer,  1978. 

•              Jeffrey Herbener,  ed.,  The Meaning of Ludwig von Mises.  Boston,  Kluwer,  1993.

              Jeffrey Herbener,  « Introduction »,  in : Jeffrey Herbener,  ed.,  The Meaning of Ludwig

von Mises.  Boston,  Kluwer,  1993.

•              Hans-Hermann Hoppe,  Handeln und Erkennen.  Berne,  1976.


Hans-Hermann Hoppe,  
Kritik der kausalwissenschaftlichen Sozialforschung

Opladen,  1983.

              Hans-Hermann Hoppe,  Eigentum,  Anarchie und Staat.  Opladen,  1987.

              Hans-Hermann Hoppe,  « In Defense  of Extreme Rationalism:  Thoughts  on

Donald McCloskey’s  ‘The Rhetoric  of Economics' »,  Review of Austrian Economics, 

Vol. 3,  1989.

              Hans-Hermann Hoppe,  A Theory of Socialism and Capitalism.  Dordrecht,  1990.

              Hans-Hermann Hoppe,  The Economics and Ethics of Private Property.  Auburn, 

1993.

              Hans-Hermann Hoppe,  « The Misesian Case Against Keynes »,  ch. 5 

de The Economics and Ethics of Private Property.  Dordrecht,  Kluwer,  1993.

              Hans-Hermann Hoppe,  « Austrian Rationalism  in the Age  of the Decline 

of Positivism », chapitre 11  de : The Economics and Ethics of Private Property. Dordrecht, 

Kluwer,  1993.  Traduit  en français  sous  le titre :  « Le Rationalisme autrichien à l’ère du déclin du

positivisme ».

              Hans-Hermann Hoppe,  « Einführung: Ludwig von Mises und der Liberalismus »,  in:

Ludwig von Mises,  Liberalismus.  St. Augustin: Academia Verlag,  1993.

              Hans-Hermann Hoppe,  Economic  Science  and the Austrian Method.  Auburn,  Al.: 

Ludwig von Mises Institute,  1994.

              Hans-Hermann Hoppe,  « How  is Fiat Money  Possible? — or:  The Devolution 

of Money  and Credit »,  Review of Austrian Economics,  Vol. 7,  no. 2,  1994.

              Hans-Hermann Hoppe,  « F. A.. Hayek on Government and Social Evolution:

A Critique »,  Review of Austrian Economics,  Vol. 7,  No.1,  1994  [traduit en français sous 

le titre : « Hayek  démocrate-social »].

              Hans-Hermann Hoppe,  « Die Österreichische Schule und ihre Bedeutung für die

moderne Wirtschaftswissenschaft » [Texte  traduit ici].

              Hans-Hermann Hoppe,  « On Certainty  and Uncertainty —Or:  How  Rational  Can 

Our Expectations  be? »,  Review of Austrian Economics,  Vol. 10,  No.1,  Fall 1996.

•              Journal of Libertarian Studies.  An Interdisciplinary Review.

•              Friedrich Kambartel,  Erfahrung et Struktur.  Frankfurt/M.: Suhrkamp,  1968.

•              Thomas Kuhn,  The Structure of Scientific Revolutions.  Chicago :  University 

of Chicago  Press,  1962

              Thomas Kuhn,  Die Struktur  wissenschaftlicher Revolutionen.  Frankfurt/M.:

Suhrkamp,  1967.

              Thomas Kuhn,  La Structure des révolutions  scientifiques.  Paris,  Flammarion,  1983.

•              Anthony  de Jasay,  « The Twistable is not Testable:  Reflexions (sic)  on 

the Political Thought of Karl Popper ».  Journal des Economistes, Volume 2, numéro 4,

décembre 1991, pp. 499-512 [traduit en français  sous  le titre : « Le Réversible n’est pas testable : 

réflexions  sur  la pensée  politique  de Karl Popper »]

              Anthony  de Jasay,  « Le Réversible n’est pas testable :  réflexions  sur  la pensée 

politique  de Karl Popper » [« The Twistable is not Testable:  Reflexions (sic)  on  the Political

Thought of Karl Popper »],  non publié.

•              Carl Menger,  Grundsätze des Volkswirtschaftslehre.  1871.

              Carl Menger,  Principles of Economics.  [Grundsätze 

der Volkswirtschaftslehre (1871)]  1981.

              Carl Menger,  Untersuchungen  über die  Methode  der  Sozialwissenschaften  und

der  politischen Ökonomie insbesondere.  1883  [Traduit  en anglais  sous le titre : 

Investigations Into the Method of the Social Sciences with Special Reference to Economics].

              Carl Menger,  Investigations Into the Method of the Social Sciences with Special

Reference to Economics [Untersuchungen  über die  Methode  der Sozialwissenschaften 

und der  politischen Ökonomie insbesondere (1883)].  New York:  New York University

Press,  1985.

•              Ludwig von Mises Theorie des Geldes und der Umlaufsmittel(1912)

              Ludwig von Mises,  Die Gemeinwirtschaft.  Untersuchungen über den Sozialismus

1922  [Traduit en anglais  sous le titre  Socialism   et en français  comme Le Socialisme (1952)].

              Ludwig von Mises,  Nationalökonomie.  Philosophia Verlag (1940)  [Version anglaise 

Human Action  (1949) ;  traduite  en français  sous le titre  L’Action humaine (1985)].

              Ludwig von Mises,  Socialism [Die Gemeinwirtschaft.  Untersuchungen über

den Sozialismus  (1922)].  Indianapolis,  Ind.:  Liberty Fund,  1981.

              Ludwig von Mises,  Le Socialisme [Socialism].  Paris,  Librairie  de Médicis,  1952.

              Ludwig von Mises,  Theory of Money and Credit [Theorie des Geldes und

der Umlaufsmittel  (1912)].  Indianapolis,  Ind.,  Liberty Press,  1981  (1° éd. 1953).

              Ludwig von Mises,  Liberalismus.  St. Augustin: Academia Verlag,  1993 [Traduit 

en anglais  sous  le titre  Liberalism].

              Ludwig von Mises,  Human Action [Nationalökonomie (1940)].  Chicago :

Henry Regnery,  3° éd. 1966  (1° éd. 1949) [traduit en français  sous le titre  L’Action humaine

(1985)].

              Ludwig von Mises,  Theory and History.  Auburn,  Al.:  Ludwig von Mises Institute

1985  (1° éd.  1957).

              Ludwig von Mises,  The Ultimate Foundation of Economic Science.  Kansas City, 

Sheed Andrews & McMeel,  1978  (1° éd. 1962). 

              Ludwig von Mises,  Notes and Recollections  [Erinnerungen (1978)].

              Ludwig von Mises,  Erinnerungen  [Notes and Recollections].  Stuttgart :  G. Fischer, 

1978.

              Ludwig von Mises,  L’Action humaine [Human Action  (1966)],  Paris,  PUF,  1985. 

•              Ralph Raico,  « The Austrian School  and Classical  Liberalism »,  Advances 

in Austrian  Economics,  Vol. 2A,  1995.

•              Review of Austrian Economics

•              Lionel Robbins,  The Nature and Significance of Economic Science.  New York: 

New York  University  Press,  1984  (1° éd.  1934)  [Traduit en français  sous le titre  Nature  et

signification de l’économique  (1947)].

              Lionel Robbins,  Nature  et signification de l’économique.  Paris,  Librairie 

de Médicis,  1947 [The Nature and Significance  of Economic Science (1934)].

•              Murray N. Rothbard,  Toward a Reconstruction  of Utility  and Welfare

Economics.  New York: Center for Libertarian Studies,  1977 (1956) [« Vers une reconstruction 

de la théorie  de l’utilité et du bien-être »,  ch. 4  de Murray N. Rothbard etal., Economistes et

Charlatans.  Paris,  Les Belles Lettres,  1991].

              Murray N. Rothbard,  America’s Great Depression.  Kansas City:  Sheed & Ward, 

1975 (1962).

              Murray N. Rothbard,  Man,  Economy,  and State.  Auburn,  Al.:  Ludwig  von Mises 

Institute,  1993 (1962).

              Murray N. Rothbard,  « Praxeology:  The Methodology  of Austrian Economics »,  in:

Edwin Dolan,  ed.,  The Foundations  of Modem  Austrian Economics.  Kansas City:  Sheed 

and Ward,  1976.

              Murray N. Rothbard,  For  A New  Liberty.  New York,  McMillan,  1978.

              Murray N. Rothbard,  « The Hermeneutical  Invasion  of Philosophy  and

Economics »,  Review of Austrian Economics,  Vol. 3,  1989.

              Murray N. Rothbard etal., Economistes et Charlatans.  Paris,  Les Belles Lettres, 

1991.

              Murray N. Rothbard,  « Vers une reconstruction  de la théorie  de l’utilité et du

bien-être »,  ch. 4  de Murray N. Rothbard etal., Economistes et Charlatans.  Paris, 

Les Belles Lettres,  1991.

              Murray N. Rothbard,  « Keynes,  the Man »,  in:  Mark Skousen (ed.),  Dissent on

Keynes (New York : Präger,  1992.

              Murray N. Rothbard,  « The Present State of Austrian Economics ».  Journal

des Economistes et des Études Humaines,  Vol. 6,  no. 1,  mars 1995.

              Murray N. Rothbard,  « Intimidation by Rhetoric ».  Review of Austrian Economics, 

Vol. 9,  no. 1,  1996.

              Murray N. Rothbard,  Economic  Thought  Before  Adam Smith.  An Austrian 

Perspective  on the History  of Economic  Thought.  tome I).  Aldershot: Edward  Elgar,  1995.

              Murray N. Rothbard,  Classical Economics.  An Austrian Perspective on the History

of Economic Thought (tome II).  Aldershot: Edward Elgar,  1995.

•              Joseph Salerno,  « Ludwig von Mises as Social Rationalist »,  Review of Austrian

Economics,  Vol. 4,  1990.

•              Walter Rathenau,  Le Commerce  de la bière en bouteille  à Berlin  en 1905.  Thèse 

de doctorat  de « sciences économiques ».

•              Joseph A. Schumpeter,  Ten Great Economists.  New York : Oxford University Press, 

1951).

              Joseph A. Schumpeter,  History of Economic Analysis.  New York: Oxford University

Press,  1954  [Traduit en français  sous le titre  Histoire  de l’analyse économique].

•             George  Selgin,  The Theory of Free Banking  (1985).

              George  Selgin,  La Théorie  de la banque libre  [The Theory of Free Banking

(1985)].  Paris,  Les Belles Lettres,  1992.

•              Karen Vaughn,  Austrian Economics in America,  The Migration  of a Tradition. 

New York:  Cambridge  University Press,  1994.

            

————————————————————————————————

 [1] Joseph A. Schumpeter,  Ten Great Economists  (New York : Oxford University Press,  1951).

[2] L’expression d' »utilité marginale »  revient à  Friedrich  von Wieser,  avec Eugen von Böhm-Bawerk  le plus

brillant élève de  Menger.

La préhistoire de l’école autrichienne est bien plus longue.  Elle s’est déroulée  pour l’essentiel  en-dehors de

la Grande-Bretagne,  dans les pays  catholiques  de l’Europe continentale.  La lignée  des précurseurs 

s’étend  de Jean-Baptiste Say  aux derniers  Scolastiques espagnols  en passant par A.R.J. Turgot  et  Robert

Cantillon.  Cf. à ce sujet  Murray N. Rothbard,  Economic  Thought  Before  Adam Smith.  An Austrian 

Perspective  on the History  of Economic  Thought  (tome I)  et Classical Economics.  An Austrian

Perspective on the History of Economic Thought (tome II).  Aldershot: Edward Elgar,  1995.

[3] Comme plus récent exemple  d’un cas désespéré  d’incompréhension  de la part  d’un auteur  « maison »,  cf.

Karen Vaughn,  Austrian Economics in America,  The Migration  of a  Tradition  (New York:  Cambridge 

University Press,  1994).  Pour  Vaughn,  l’histoire de l’école autrichienne met essentiellement  en scène 

Menger,  Hayek,  Kirzner  et finalement  Lachmann.

Pour une critique  détaillée de Vaughn  cf. David Gordon,  « Lost in the Move? »  The Mises Review,  Fall

1995;  pour une critique de Ludwig Lachmann  comme  étant finalement un historiciste  complètement  non

autrichien,  cf. Hans-Hermann Hoppe,  « On Certainty  and Uncertainty —Or:  How  Rational  Can  Our

Expectations  be? »,  Review of Austrian Economics,  Vol. 10,  No.1 (Fall 1996).

[4] Cf. Joseph Salerno,  « Ludwig von Mises as Social Rationalist »,  Review of Austrian Economics,  Vol. 4, 

1990 ; Jeffrey Herbener,  « Introduction »,  in : J. Herbener,  ed.,  The Meaning of Ludwig von Mises  (Boston:

Kluwer,  1993) ;  Hans-Hermann Hoppe,  « Einführung: Ludwig von Mises und der Liberalismus »,  in: Ludwig

von Mises,  Liberalismus  (St. Augustin: Academia Verlag,  1993) ; idem,  « F. A. Hayek on Government and

Social Evolution: A Critique », Review of Austrian Economics,  Vol. 7,  No.1,  1994  [traduit en français sous le

titre  : « Hayek  démocrate-social »] ;  Murray N. Rothbard,  « The Present State of Austrian Economics », 

Journal des Economistes et des Études Humaines,  Vol. 6,  no. 1,  mars 1995.

[5]  Hayek  lui-même  parvient aussi à cette conclusion dans son Einleitung [introduction] aux

Erinnerungen  [Notes and Recollections]  de Ludwig von Mises (Stuttgart:  G. Fischer,  1978). 

« aujourd’hui,  c’est certainement  avec juste raison  que  dans le monde  on considère Mises  et ses

disciples  comme les représentants  de l’école autrichienne,  alors même  qu’il ne représente  qu’une des

branches  entre lesquelles  l’enseignement  de Menger  s’est  divisé […] entre ses  disciples.  L' »école

autrichienne »,  aujourd’hui  presque  exclusivement  active  aux Etats-Unis,  est  au fond  une école de

Mises,  qui  remonte  aux  premiers  apports  de Böhm-Bawerk. » pp. XIV-XV.

[6] Aux Etats-Unis,  le mot « liberal »  désigne  la même chose  que ce qui passe  pour « démocrate-social »  en

Europe.  Des libéraux  comme Mises  et Rothbard  ont donc choisi  l’expression  « libertarien »  (libertarian

pour dénommer leur position.

[7] Cf. aussi  Ralph Raico,  « The Austrian School  and Classical  Liberalism »,  Advances  in Austrian  

Economics,  Vol. 2A,  1995.

[8] Cf. aussi  Murray N. Rothbard,  For  A New  Liberty  (New York: McMillan,  1978),  ch. 9.

[9] Cf.  Robert Batemarco,  « GNP,  PPR,  and  the Standard  of Living »,  Review  of Austrian Economics, 

Vol. 1,  1987.

[10] A propos  de la République Fédérale  d’Allemagne,  Mises avait affirmé : 

« Les adeptes  de la dernière  variante  de l’interventionnisme,  celle de l' »économie sociale de marché »  à

l’allemande,  soulignent  qu’une économie de marché  est le meilleur  ordre économique  pensable,  et se

prétendent  fondamentalement hostiles  à toute omnipotence gouvernementale,  qui  selon eux  caractérise

chacune des formes  du socialisme. 

Mais  tous ces promoteurs d’une ‘politique  de la voie médiane’ soulignent  de même  qu’ils sont 

naturellement hostiles  au ‘Manchestérisme’  et au  ‘laissez-faire  libéral’.  Il est nécessaire,  disent-ils,  que 

l’Etat intervienne  sur les résultats  du marché,  toujours  et partout  où  le « libre jeu des forces

économiques’ est censé  produire  des résultats  ‘socialement indésirables’.  Dans la mesure  où ils 

avancent  cette affirmation,  ils  sous-entendent  que ce serait au gouvernement de juger,  dans tous les

cas particuliers,  si  un fait  économique  particulier  est ou non  ‘socialement désirable’,  et  en

conséquence  si les hommes de l’Etat  doivent ou non  intervenir  sur les résultats du marché.

Tous  ces apôtres  de l’interventionnisme  ne reconnaissent pas  qu’ainsi  énoncé,  leur  programme 

implique  d’admettre  que l’Etat ait tous  les pouvoirs  dans toutes les situations  économiques,  et  que la

situation  à laquelle  il conduit  finalement  ne se distingue en rien  de ce qu’on a appelé  le ‘socialisme à la

Hindenburg’.  Lorsque  le gouvernement a le pouvoir légal  de décider  si certaines conditions 

économiques  justifient ou non  une intervention,  alors  plus aucun domaine  d’action  n’est laissé  aux

opérations  du marché.  Alors,  ce ne sont plus  les consommateurs  qui décident finalement  ce qui sera

produit,  par qui,  où  et  comment  —en  quelle quantité  et avec quelle qualité :  ce sont  les hommes de

l’Etat.  Car  aussitôt  que les effets  du marché libre  s’écartent  de ce que les autorités  étatiques 

considèrent  comme désirable,  alors  les hommes de l’Etat  interviennent.  Ce qui veut  dire  que le marché 

est libre,  aussi longtemps  qu’il fait  ce que les hommes  de l’Etat  attendent  de lui.  Il est libre  de faire  ce

que les autorités  de l’Etat  jugent bon qu’il fasse,  mais pas  ce qu’elles  trouveraient  « mauvais » ;  et

décider  de ce qui  est bon  et de ce qui est mauvais  revient aux hommes de l’Etat.  De sorte  que la théorie 

et la pratique  de l’interventionnisme  conduisent  finalement  à l’abandon  de ce qui devait  au départ  les

distinguer  du socialisme  à 100 %  pour réintroduire,  en leur lieu et place,  les principes  de la planification

économique totalitaire. »  Human Action  (Chicago : Henry Regnery,  3° éd. 1966),  pp. 723-724 

[citation  traduite  de l’allemand hoppien ;  les amateurs  pourront  comparer  avec l’anglais d’origine  ou

avec  la traduction  de Raoul Audouin  dans  L’Action humaine,  Paris,  PUF,  1985.  Il  existe  aussi  une

première version  en allemand  de L’Action humaine,  Nationalökonomie  (1940),  dont  Human Action (1°

éd.  1949)  était  la version  en anglais  revue et corrigée,  et dont  une édition  plus récente  est disponible 

chez  Philosophia Verlag (F. G.)].

[11]  L’influence prépondérante  de l’école historique  sur les sciences économiques  et sociales  en

Allemagne  était due aux relations  d’amitié étroite  de Schmoller  avec  Friedrich Althoff,  Directeur  chargé

des questions  universitaires  au  Ministère des Cultes  de l’Etat prussien  entre 1882 et 1908.

[12]  L’idée  fondamentale  de la théorie  de Mises,  construite  sur les suggestions  de la « Currency School »

britannique   et de  Knut Wicksell,  est la suivante :  les responsables  des fluctuations  conjoncturelles sont

les hommes de l’Etat  et notamment  les banquiers  centraux.  Lorsque la banque centrale  « crée »  de la

nouvelle monnaie,  c’est-à-dire  en fabrique  à partir  de rien,  et la déverse dans l’économie  par l’intermédiaire 

du marché  des crédits,  il se produit un abaissement  du taux  d’intérêt  en-dessous  du  niveau de marché 

déterminé  par  de véritables  efforts  d’épargne.   Un taux  d’intérêt plus bas  conduit  à une  activité 

d’investissement  accrue et  à une production  plus étendue  de biens  de capital.  Cela,  c’est la phase

d’expansion.  Cependant,  comme rien  n’a  changé  dans les préférences réelles  des agents  économiques 

quant à la consommation  et l’épargne,  il doit se produire  après  un délai  nécessaire  une « correction » 

associée,  dans laquelle le volume  des investissements  se révèle  « trop grand »,  ce qui amène  une 

liquidation systématique  des investissements  mal fondés.  C’est  la récession immanente  qui suit  chaque 

expansion.  Si l’on veut  éviter  les variations  de la conjonctures  (ainsi que l’inflation),  dit  Mises,  il faut 

que les hommes de l’Etat  se retirent  de la production  de monnaie.  Il faut  abolir  la banque centrale  et le

monopole  étatique  des billets  de banque,  et  à la place  doit  apparaître  un système concurrentiel  avec des

banques  libres s’appuyant sur l’étalon-or. 

Dans des travaux  plus tardifs,  Mises franchit  [pour des raisons d’opportunité  politique  et non de théorie 

monétaire,  F. G.]  une étape supplémentaire  dans ses conditions :  pour empêcher totalement  les

fluctuations  il était indispensable  d’interdire  toute  production  de billets  de banque  non couverte par l’or 

[parce qu’il n’avait pas compris  que  dans un système  de banque libre —c’est-à-dire  sans banque centrale 

ni intervention de l’Etat,  ces  nouveaux billets  ne peuvent être émis  qu’en réponse  à un accroissement de la

demande de monnaie  manuelle  et,  de ce fait,  correspondent  à un effort d’épargne  réel.  De sorte que  la

création de monnaie nouvelle  n’est pas seulement  compatible  avec  l’ajustement monétaire ;  en fait,  elle lui

est nécessaire :  cf. George  Selgin : The Theory of Free Banking —La Théorie de la banque libre —F. G.]. 

Dans la mesure  où les banques  d’affaires  agissent  comme banques de dépôt  et garantissent à leurs 

déposants  un droit de retrait à tout moment  (à la différence  [complètement faux ! —F. G.]  de leur fonction 

de banques  d’épargne et de prêts,  où les  déposants  se voient imposer  des délais  de retrait),  on doit [qui, 

« on » ? —F. G.]  leur imposer  une obligation de réserve  à 100%.

Comme étude standard  — d’un point de vue autrichien—  de la dépression économique  de la fin  des

années vingt,  cf. Murray N. Rothbard,  America’s Great Depression  (Kansas City:  Sheed & Ward,  1975).

[13] Les  cours de Hayek  à la London School of Economics  parurent  l’année même  sous le titre Prices and

Production  [Traduit en français  en 1975  comme Prix  et production,  aujourd’hui disponible  chez  Agora, 

1986].

Sur  le succès  spectaculaire  de Hayek  en Angleterre  cf. Joseph A. Schumpeter,  History of Economic

Analysis (New York: Oxford University Press,  1954),  pp. 1120 et suiv.  [Histoire de l’analyse économique].

[14]  Le succès  de la Théorie générale  de Keynes,  remarquait Schumpeter (ibid.,  p1121),  n’était

absolument pas comparable  à celui  de Hayek  « parce que…  on ne saurait douter  que sa carrière triomphale, 

elle la devait  au fait  que sa démonstration  exprimait  certaines  des préférences politiques  les plus

puissantes  d’un grand nombre  d’économistes modernes.  Hayek,  politiquement,  nageait  à contre-courant. »

Pour  une critique détaillée  de l’oeuvre et de la personne de Keynes du point de vue  autrichien  cf.

Hans-Hermann Hoppe,  « The Misesian Case Against Keynes » [ch. 5  de The Economics  and Ethics  of

Private Property] et Murray N. Rothbard,  « Keynes,  the Man »,  in:  Mark Skousen (ed.),  Dissent on Keynes

(New York : Präger,  1992).

[15] D’autres  membres  du Cercle de Vienne étaient  Otto Neurath,  Rudolph Carnap,  Carl G. Hempel, 

Herbert Feigl,  Victor Kraft,  Fritz Waismann  et Gustav Bergmann.  Ludwig Wittgenstein  et Karl Popper 

appartenaient  à son champ d’influence  élargi.

[16]  Cf. là-dessus  aussi  Murray N. Rothbard,  « Praxeology:  The Methodology  of Austrian Economics », 

in: Edwin Dolan,  ed.,  The Foundations  of Modern  Austrian Economics  (Kansas City:  Sheed  and Ward, 

1976);  Hans-Hermann Hoppe,  Economic  Science  and the Austrian Method  (Auburn,  Al.:  Ludwig von

Mises  Institute,  1994).

[17]  Le caractère  absolument vain  de l’économie mathématique  ne peut être  dissimulé  et demeurer  à

l’écart  de la conscience publique  que  parce que  le monde  de l’enseignement  et de la recherche  dans

l’ensemble  des pays  occidentaux  est  largement  étatisé  (financé par l’impôt),  et que cela  dispense

entièrement  la plus grande part  de ce qu’on appelle  la « recherche  scientifique »  de toute — de sa 

justification pratique. 

(Bien au contraire,  on a des raisons  de supposer  que si  l’économie  mathématique  est entretenue  de la

sorte  par les hommes de l’Etat,  c’est précisément  parce qu’elle n’a absolument  aucune portée.)

Pour un jugement  comparable sur la « recherche scientifique »  dans le domaine mathématique,  cf. Friedrich

Kambartel,  Erfahrung und Struktur (Frankfurt/M.: Suhrkamp,  1968),  ch. 6,  partic. les pp. 236-42.

[18] Dans le meilleur des cas,  ces études  consistent à réaffirmer  les vieilles vérités fondamentales  par des

moyens inadéquats —d’une certaine manière  comme si on « prouvait »  à nouveau  le Théorème de

Pythagore  par des procédés empiriques,  en multipliant  les mesures  de longueur  et d’angle. 

Et  dans le pire des cas  elles consistent  à « réfuter »  ces anciennes  vérités fondamentales  par des moyens 

empiriques  en fait inopérants  et à « découvrir »  sans arrêt  des théories  « nouvelles »,  « jamais  vues »  — et

ce,  d’autant plus qu’on est moins  familier  de l’histoire de la pensée économique  — des Classiques.

[En d’autres termes,  les   pseudo-expérimentalistes passent leur temps  à « prouver »  statistiquement  que deux

et deux font  quatre  mais,  comme leurs moyens  de preuve  sont  par essence  inadéquats  (et comme ils

vivent d’argent volé),  il leur arrive aussi  forcément  de « prouver »,  à l’occasion,  que cela fait cinq  (du moins, 

« dans les conditions de l’expérience ») — et  c’est en cela  que consiste  l’essentiel  de leurs  « contributions

originales »  à la science économique (F. G.)].

La recherche  économique  [pseudo-]expérimentale  est elle aussi largement  financée par l’impôt  et  n’est

soumise  à aucune contrainte  de justification pratique,  et elle est  également,  pour les mêmes raisons, 

largement  dépourvue  de toute valeur  et utilité.  L’intérêt  que les hommes de l’Etat trouvent  à  soutenir  la

recherche  économique   [pseudo-]expérimentale  se trouve plutôt  dans le fait qu’elle  seule,  du fait  de ses

partis pris  méthodologiques,  se prête  à la légitimation  de l’intervention  étatique  en tant que telle  —

quelle  qu’elle puisse être.  L’interventionnisme  étatique  comme mise en application  de la  recherche sociale 

empirique,  et la science  comme  technique  de l’intervention  au coup par coup dans la société !

[19]  Cf.  Thomas Kuhn,  The Structure of Scientific Revolutions  (Chicago :  University  of Chicago  Press, 

1962)  [Die Struktur  wissenschaftlicher Revolutionen  (Frankfurt/M.: Suhrkamp,  1967) ;  La Structure des

révolutions  scientifiques  (Paris,  Flammarion,  1983)].

[20]  Du côté autrichien cela s’est  d’abord produit en  1976  avec la fondation  du Journal of Libertarian

Studies.  An Interdisciplinary Review,  et en  1987  est apparu entre autres la Review of Austrian

Economics.  Le fondateur et le rédacteur en chef  des deux  périodiques était  Murray Rothbard.

[21]  Comme meilleur témoin  cf.  le chef  de l’école monétariste  Milton Friedman  dans « The Resource Cost 

of Irredeemable  Paper Money »,  Journal of Political Economy (1986). 

Dans  cet article,  Friedman  n’échappe pas  à l’aveu  que l’ensemble  de ses prédictions  sur les avantages 

d’un système  de monnaies-papier nationales  non convertibles  et  de taux de change flottants  (notamment 

comparé  avec  un étalon-or  classique)  au vu  des expériences  accumulées  depuis 1971 — avec  la mise en

oeuvre  des idées monétaristes —  se sont révélées  complètement erronées. 

Friedman  n’admet  à ce propos  que son  embarras.  Il n’envisage pas  de reconnaître  que les partisans  d’un

étalon-or  — comme Menger,  Böhm-Bawerk,  Mises  et Rothbard —  avaient eu raison contre lui,  ni qu’il

pourrait bien  y avoir quelque chose qui ne va  pas  dans la méthode  de recherche  positiviste  qu’il propage 

depuis le début  de sa carrière.

Cf. aussi Hans-Hermann Hoppe,  « How  is Fiat Money  Possible? — or:  The Devolution  of Money  and

Credit »,  Review of Austrian Economics,  Vol. 7,  no. 2,  1994.

[22] Cf.  pour une critique de ces courants  Murray N. Rothbard,  « The Hermeneutical  Invasion  of

Philosophy  and Economics »,  Review of Austrian Economics,  Vol. 3,  1989;  idem,  « Intimidation by

Rhetoric »,  Review of Austrian Economics,  Vol. 9,  no. 1,  1996 ;  Hans-Hermann Hoppe,  « In Defense  of

Extreme  Rationalism:  Thoughts  on Donald McCloskey’s  ‘The Rhetoric  of Economics' »,  Review of

Austrian Economics,  Vol. 3,  1989.

[23]  Cf.  Ludwig von Mises,  Human Action  (Chicago :  H. Regnery,  1966)  [L’Action humaine],  ch. 4.

[24] Même le proverbial  âne de Buridan,  qui  ne peut pas  se décider entre deux  tas de foin  d’égale

grosseur  et  également éloignés de lui,  ne démontre en rien  son indifférence  vis-à-vis des deux tas.  Au

contraire,  son comportement  donne l’impression  qu’il préfère  s’obstiner à rester sur place  et à mourir de

faim plutôt que de choisir entre l’un ou l’autre  des tas de foin.  Cf.  aussi  Murray N. Rothbard,  Man, 

Economy,  and State  (Auburn,  Al.:  Ludwig  von Mises  Institute,  1993),  pp. 260-272.

[25]  Imaginer  une prévision parfaite  implique  qu’on ne se trompe jamais  (qu’on n’est jamais déçu). 

Mais quand on ne peut pas  se tromper,  alors  on ne peut  à proprement parler  pas non plus  avoir jamais  eu

raison  (recevoir une confirmation).  Il faut  au contraire  supposer  que l’on sait toujours  déjà  ce qu’on saura

jamais  un jour.  Dès lors que la connaissance  et l’information seraient parfaites,  il n’existerait  plus rien  que

l’on puisse  apprendre.  Cependant,  s’il n’y  avait plus rien  à apprendre,  alors  on ne pourrait  même plus 

expliquer  pourquoi  au  juste  des personnes qui agissent  (à la différence d’un ordinateur)  seraient dotées

d’une conscience,  et souhaiteraient  apprendre  pour savoir  quoi que ce soit,  et on a tout autant de peine  à

expliquer  que des personnes  doivent jamais  s’engager  dans des  échanges verbaux  (la communication, 

l’argumentation).  Car lorsque  tout  le monde sait déjà tout, cela n’a tout  simplement plus  aucun sens  de

souhaiter  se parler  les uns aux autres. 

Cf. aussi  Hans-Hermann Hoppe,  « On Certainty and Uncertainty  —Or How Rational  Can  Our Expectations 

Be? » [« De la certitude et de l’incertitude —ou : quelle peut être la rationalité de nos anticipations ?« ]

[26] Cf.  à ce sujet Ludwig von Mises,  Human Action,  pp. 200-211;  Lionel Robbins,  The Nature and

Significance of Economic Science (New York:  New York  University  Press,  1984),  pp. 32-38.

[27] Cf. là dessus  principalement  Murray N. Rothbard,  Toward a Reconstruction  of Utility  and Welfare

Economics  (New York: Center for Libertarian Studies,  1977) [« Vers une reconstruction de la théorie de

l’utilité et du bien-être »,  ch. 4  de Murray N. Rothbard etal., Economistes et Charlatans (Paris,  Les Belles

Lettres,  1991)].

L’emploi  de grandeurs  cardinales  et de calculs  dans le domaine économique  est  exclusivement limité  au

domaine  du calcul  économique,  et il ne peut y avoir  de calcul économique   que là où il y  a aussi  de la

monnaie  — donc  absolument pas  par exemple dans le no man’s land  d’un « équilibre général » —  et où  les

biens  de  consommation et de capital  sont  aussi effectivement  échangés  contre de l’argent  c’est-à-dire 

entre autres  pas  dans le socialisme).  Cependant,  l’emploi de grandeurs chiffrées  dans la cadre  du calcul

économique,  si indispensable  qu’il soit  en tant qu’outil  intellectuel  en vue de rationaliser l’action humaine 

dans les circonstances de la division du travail,  n’a décidément  rien à voir avec  la mesure et le fait de

mesurer.  Les prix  en monnaie ne sont  pas des mesures  de valeur  ni d’utilité.  Bien au contraire,  les prix 

sont le résultat  d’un échange  entre l’argent  et ce qui n’en est pas,  c’est-à-dire  le produit  d’une inégalité des

valeurs,  d’une non-identité.  Il est  par conséquent  complètement erroné  (et inadmissible)  de représenter 

les prix  et les relations de prix  comme des quantités et des relations  entre des quantités.  « Les chiffres  mis 

en application  par  les hommes qui agissent à l’occasion du calcul économique ne se rapportent pas  à des

quantités  mesurées  mais  à des taux d’échange tels  qu’on s’attend  (à partir  de la manière dont on

comprend la situation)  à les voir  réaliser  sur  les marchés  dans l’avenir.  Avenir  en vue duquel  toute 

action est orientée  et qui seul importe  pour l’homme qui agit. »  Ludwig von Mises,  Human Action,  p. 210.

[28]  Il va de soi que  la théorie économique  ne peut expliquer  à sa manière  non hypothétique 

(apodictique)  que les  aspects  des phénomènes   qui présentent un élément nécessaire  (condition

nécessaire  ou  conséquence logique)  de toute  action  dans  des  conditions  spécifiques  (et qui,  dans 

cette mesure-là,  sont universels  et indépendants  du temps). 

Elle peut par exemple  expliquer,  que chaque fois  qu’un échange volontaire a lieu  — peu importe  où et

quand,  entre qui,  sur quels biens  et pour quel  rapport de prix  — les deux  parties  à l’échange s’attendent à

en profiter,  et qu’ils présentent une  échelle de préférences inverses  relativement aux objets  échangés. 

En revanche, l’économie est entièrement  incapable  d’expliquer  ou de prédire  ceux  des aspects  des

phénomènes  qui sont  influencés  et modifiés  par  les expériences  personnelles  (l’apprentissage  et l’oubli) 

(et qui sont,  dans cette mesure même,  contingents  et dépendants  du temps).  Elle ne peut  par exemple  pas

expliquer,  pourquoi  (et si)  un échange aura lieu,  quand,  où,  entre qui,  sur quoi  ni  à quel prix.

Cette séparation  conceptuelle stricte  entre  la théorie  et l’histoire  n’a rien  à voir  avec une quelconque 

dévalorisation  de la science historique de la part de l’école autrichienne.  Bien au contraire,  presque tous les

économistes autrichiens,  en particulier  Murray N. Rothbard,  avaient un grand intérêt  pour l’histoire  et  se

sont aussi distingués  comme historiens.

Cf. sur  ce thème  particulièrement  Ludwig von Mises,  Theory and History  (Auburn,  Al.:  Ludwig von

Mises  Institute,  1985) [The Ultimate Foundation of Economic Science  (Kansas City,  Sheed Andrews &

McMeel,  1978 —1° éd. 1962)] ;  Hans-Hermann Hoppe,  « De la certitude et de l’incertitude —ou : quelle peut

être la rationalité de nos anticipations ?« 

 

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :