La République française, par Frédéric Bastiat

1. « Quelques mots d’abord sur le titre de notre journal » (A Few Words about the Title of our Journal) [26 février 1848, La République française]

[Hatin, Bibliographie historique, pp. 491-2] [CW, vol. 3, tba]

Hatin’s explanation: Nous avons cité un peu longuement, parce que c’est une des premières voix qui s’élevèrent au milieu des barricades. Cette République française était venue au monde, comme on lé voit, presque en même temps que la République tout court, celle de Bareste. Olindes Rodrigues essaya un rapprochement entre les deux feuilles; mais déjà, ajoute M. Castille, qui nous fournit ce renseignement, de toutes les imprimeries de Paris surgissaient une multitude de journaux de toutes nuances, écrits dans tous les patois auxquels peut prêter l’élasticité de l’idiome parisien.

Quelques mots d’abord sur le titre de notre journal.

Le gouvernement provisoire veut la république, sauf ratification par le peuple. Nous avons entendu aujourd’hui le peuple de Paris proclamer unanimement le gouvernement républicain du haut de ses glorieuses barricades, et nous avons la ferme conviction que la France entière ratifiera le vœu des vainqueurs de février. Mais, quoi qu’il advienne, alors même que ce vœu serait méconnu, nous conserverons le titre que nous ont jeté toutes les voix du peuple. Quelle que soit la forme de gouvernement à laquelle s’arrête la nation, la presse doit désormais demeurer libre; aucune entrave ne saurait plus être apportée à la manifestation de la pensée. Cette liberté sacrée de la pensée humaine, naguère si impudemment violée, le peuple l’a reconquise, et il saura la garder. Donc, quoiqu’il advienne, fermement convaincus que la forme républicaine est la seule qui convienne à un peuple libre, la seule qui comporte le plein et entier développement de toutes les libertés, nous adoptons et nous maintiendrons notre titre de:

LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE.

Le temps et les événements nous pressent; nous ne pouvons consacrer que quelques lignes à notre programme.

La France vient de se débarrasser d’un régime qui lui était odieux; mais il ne suffit pas de changer les hommes, il faut changer aussi les choses.

Or, quelle était la base même de ce régime?

La restriction, le privilège! Non-seulement la monarchie que les efforts héroïques du peuple de Paris viennent de renverser s’appuyait sur un monopole électoral, mais encore elle rattachait à elle par les liens invisibles du privilège une foule de branches de l’activité humaine. De là, la corruption qui souillait ce régime. Nous ne voulons plus de corruption, nous ne voulons plus de privilèges.

Nous voulons que le travail soit désormais pleinement libre; plus de lois sur les coalitions, plus de règlements qui empêchent les capitalistes et les travailleurs de porter ceux-là leurs fonds, ceux-ci leur travail, dans les industries qui leur conviennent. La liberté du travail proclamée par Turgot et par l’Assemblée constituante doit être désormais la loi de la France démocratique.

Suffrage universel.

Plus de cultes salariés. Que chacun salarie le culte dont il se sert.

Liberté absolue de l’enseignement.

Liberté du commerce, autant que le comportent les besoins du fisc. Suppression des droits sur les denrées alimentaires, comme sous la Convention. La vie à bon marché pour le peuple!

Plus de conscription; recrutement volontaire.

Des institutions qui permettent aux ouvriers de connaître les lieux on le travail abonde, et qui leur apprennent jour par jour le taux des salaires sur toute l’étendue du territoire.

Respect inviolable de la propriété. Toute propriété a sa source dans le travail: atteindre la propriété, c’est atteindre le travail.

Enfin, pour couronner l’œuvre de notre glorieuse régénération, nous demandons la clémence au dedans et la paix au dehors. Oublions le passé, élançons-nous vers l’avenir le cœur pur de toute haine, fraternisons avec tous les peuples de la terre, et bientôt sonnera l’heure où la liberté, l’égalité et la fraternité seront la loi du monde!

extrait de la page http://www.davidmhart.com/FrenchClassicalLiberals/Bastiat/Articles/1848Revolution.html

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :