vrai monopole, faux monopole

Un vrai monopole est toujours une création de l’État. Pour instituer un monopole, l’État choisit entre deux formules. Soit l’État interdit par la loi un élément essentiel d’une activité, limitant ainsi toute concurrence. C’est le monopole légal. Soit l’État vend à un prix nul, ou quasi nul, ses prestations. Dans les deux cas, il interdit la concurrence. Un vrai monopole est toujours étatique. Le mot « État » n’est pas sa définition donnée par l’Administration française. Le mot « État est ici utilisé dans son acception la plus large de tout ce qui est dans le « périmètre de l’État », tout qui est financé par l’impôt.

L’État veut souvent créer une illusion d’absence de monopole. L’État fait alors en sorte que la concurrence reste théoriquement possible. Mais une loi spécifique augmente suffisamment le coût d’une éventuelle concurrence pour la décourager presque complètement, mais pas entièrement. La complexité du dispositif mis en place est telle qu’elle illusionne le citoyen. Cette illusion étatique d’une certaine liberté de concurrence fonctionne remarquablement bien dans l’opinion.

Le faux monopole est le cas d’un seul boulanger dans un village de campagne. Pour aller chez d’autres boulangers, il faut faire 5km de plus. Toute société commerciale ayant une clientèle est un « faux monopole ». Pour chaque client, le coût du changement de fournisseur serait supérieur au gain proposé par le concurrent. Ainsi un client ne trouve aucun avantage à quitter son fournisseur. Un fournisseur est sans concurrent car ses produits sont bons et peu coûteux. Un investisseur attend avant d’investir tant qu’il ne voit aucun avantage à le concurrencer. Là encore, c’est un faux monopole. Un faux monopole ne nuit en rien à quiconque. Ni à un client, ni à un éventuel concurrent.

Un monopole légal interdit l’existence d’autres offreurs. Nul ne peut donc savoir ce que proposerait des éventuels concurrents. Nul ne peut donc savoir la qualité et le prix que proposerait un concurrent. Une amende ou une peine de prison sanctionne celui qui concurrence un monopole étatique. Nul ne peut ainsi savoir si le produit ou le service serait moins cher.

Pour administrer son monopole, parfois, l’État emploie uniquement des fonctionnaires, ou des sous-traitants. Mais le plus souvent, l’État utilise des entreprises commerciales pour gérer son monopole. Ainsi, l’État confie certains privilèges d’exploitation monopolistique à des sociétés commerciales. Ce privilège est alors accompagné d’une réglementation destinée à limiter les éventuels « abus » que pourraient commettre ces privilégiés.

La subvention étatique est un moyen de promotion d’une activité, d’une entreprise, ou de certaines officines. Un organisme financé uniquement par la subvention modifie la concurrence en faveur de cet organisme. Les organismes proposant d’autres idées, d’autres services survivront plus difficilement. La subvention est ainsi un moyen de censure des organismes concurrents et que l’Etat veut évincer discrètement. Certaines subventions visent à obtenir une situation de monopole de fait. La subvention est un moyen de censure invisible. Le monopole étatique est un moyen de censure des idées et de l’activité.

Un monopole étatique sert à interdire aux citoyens de savoir qu’un concurrent leur proposerait mieux et moins cher. Ainsi l’État apparaît comme le seul agent économique capable de fournir tel service. Et les citoyens sont animés par un sentiment de gratitude et de reconnaissance envers l’État. En effet, l’État leur fournit un service nécessaire à leur survie.

L’idée qu’une société commerciale pourrait proposer un meilleur service et moins cher semble, à beaucoup, techniquement impossible, voire absurde. Chacun remercie l’Éducation Nationale de l’éducation qu’il a reçue et des diplômes qu’il a obtenu. On se félicite de l’intervention de la police qui combat les voleurs. Les citoyens aiment leurs pompiers. On aime savoir qu’on sera remboursé par la Sécu, ou qu’on touchera sa retraite. On est content du ramassage gratuit des poubelles. La gratuité d’un service public provoque une adhésion quasi instinctive.

Quelques vrais monopoles, étatiques, sont, par exemple, l’assurance-santé, la fourniture des soins de santé, l’assurance-retraite, la police, la Justice civile, l’enseignement, les transports en taxi ou en autocar, la monnaie, les pompiers, la comptabilité des entreprises, l’aide à la recherche d’emploi, le ramassage des poubelles, les rues, les villes, les routes, les télécoms.

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :