La monnaie, un bien comme les autres?

La Monnaie est-elle pas un bien comme les autres? C’est un débat sur la nature juridique de la monnaie.

Jusqu’au 19e siècle, la monnaie était un bien ordinaire. C’était l’or, ou l’argent ou d’autre biens rendant plus pratiques les échanges commerciaux. Le bol de blé fut aussi une monnaie usuelle dans certains villages pauvres. Et le blé est un bien ordinaire, un bien comme les autres.

Une unité de monnaie importante fut le gramme d’or. Puis du 18e et 19e siècle, l’unité de monnaie fut parfois la promesse d’un gramme d’or. C’est à dire un billet de banque émis par une banque commerciale ou par une banque étatique. Pendant toute ces longues périodes, la monnaie était un bien ordinaire. L’or ou l’argent sont des biens ordinaires. La promesse commerciale d’un gramme d’or est un bien ordinaire. Donc un billet d’une banque commerciale est un bien ordinaire.

D’autre part il y eut les dizaines de périodes de banques libres à partir du 18e siècle dans presque tous les pays riches. L’État ne produisait pas la monnaie, et ne la contrôlait pas. L’unité de monnaie était alors une promesse commerciale ordinaire faite par une banque. Et cette promesse avait une valeur. C’était la valeur de la monnaie. Une promesse est un bien comme un autre. Un titre financier est une promesse commerciale faite par un commerçant. le titre financier est un bien comme un autre.

Ces quelques exemples suffisent, amha, à affirmer que la monnaie, que l’unité de monnaie, fut un bien comme les autres jusqu’à la fin du 19e siècle. Puis, la monnaie a changé de nature juridique au 20e siècle. La monnaie est devenue la création administrative d’un État agissant par le truchement d’une Banque Centrale.

La monnaie pourrait-elle redevenir un bien ordinaire? La monnaie pourrait-elle cesser d’être la création administrative d’une Banque Centrale? Une monnaie étatique utilisant l’étalon-or provoquerait, amha, une catastrophe économique pire que la monnaie actuelle.

Thomas Mayer, chef économiste à la Deutche Bank, parlait d’un panier de commodities comme base de la monnaie. C’est dans cette voie qu’est, amha, la meilleure formule pour la future monnaie. A condition de cesser d’interdire le free-banking. En effet, seule la concurrence des monnaies révèlera les compositions des meilleurs paniers de commodities. Et chaque unité de monnaie redeviendra un bien comme les autres.

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :