arguments contre le protectionnisme

Le protectionnisme consiste à augmenter les prix de certaines marchandises par une taxe. Ce qui appauvrit nécessairement les acheteurs du pays prétendument « protégé ».

– Un argument des protectionnistes est de dire que l’Etat reverse ensuite le montant de cette taxe au profit des entreprises de cette activité. cet argument est inexact pour plusieurs raisons cumulatives
– une subvention destinée à telle catégorie ne parvient jamais aux destinataires espérés par l’Etat. Ou alors par hasard fortuit. Ce sont ceux qui « courent le plus vite » qui reçoivent les subventions.
– Dans le cas aléatoire où une société du secteur concerné reçoit cette subvention « protectionniste », c’est le capitaliste qui l’encaisse. Ce ne sont pas les salariés.
– L’investisseur qui a choisit de produire à perte est un mauvais investisseur, un mauvais entrepreneur. Il y a bien d’autres activités rentables. Il est absurde que l’Etat le subventionne pour ses mauvais choix d’investissement et d’activité.
– enfin l’argument inepte sur le chômage qui serait induit par une entreprise en perte qui fermerait. Investir dans une autre entreprise produisant de manière rentable peut induire plus d’embauche. Subventionner une entreprise en perte est une destruction absolue de valeur. Cette subvention détruit donc de la valeur dans le pays.

Le protectionnisme est une taxe sur les importations. Prenons l’exemple d’un importateur d’une marchandise taxée. Cet importateur verse 1000 euros de taxes sur son importation. Ses clients devront donc payer plus cher. Ses clients sont donc appauvrit d’un montant au moins égal au montant de la taxe versée à l’État.

L’État reçoit ces 1000 euros. Il choisir l’entreprise recevra la subvention selon un certain critère. A cause de la loi de l’incidence, celui qui reçoit la subvention n’est pas celui qui en bénéficiera. On sait depuis Ricardo que c’est le facteur le plus spécifique de la production qui empochera la subvention.

L’ouvrier est rarement le facteur le plus spécifique de la production. Ce n’est donc pas lui qui empochera la subvention. Le facteur le plus spécifique est parfois le capital. C’est alors l’investisseur qui bénéficiera de la subvention. Mais cette subvention n’aura pas d’incidence sur l’emploi. Sauf hasard fortuit.

Le protectionnisme ne permet de “sauver” aucun emploi. Le protectionnisme ne protège personne. Il détruit l’emploi.

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

11 Responses to arguments contre le protectionnisme

  1. Une mesure protectionniste pourrait aussi viser des produits jugés socialement ou environnementalement injustes, et décourager une consommation, par exemple de bois exotique ou de drogue. Cette taxe venant financer d’autres activités socialement ou environnementalement rentables sur le territoire, par exemple de la recherche agronome ou de la prévention …

  2. gidmoz says:

    @Pierre Pezziardi
    Vous utilisez le termes « jugés socialement » et « environementalement injuste ». Vous ne pourrez jamais définir une norme de Droit qui serait cohérente sur de tels concepts. Il en résulte qu’une telle mesure ne pourrait jamais exister. Sauf pur arbitraire d’un Etat qui le décide.

    En quoi l’achat de bois exotique nuirait à quelqu’un? Que celui qui est lésé porte l’affaire devant un tribunal et faire valoir ses droits. Mais, nul ne peut porter une telle affaire puisque nul n’a lésé quiconque dans le commerce de bois exotique.

    La raisonnement est le même pour le commerce de la drogue. Je compatis avec celui qui veut se suicider ou s’empoisonner. Mais je n’ai aucun droit de le lui interdire. Sauf par affection envers l’un de mes proches.

    Ensuite vous imaginez que cette taxe pourrait « financer d’autres activités ». C’est ignorer que toute action de l’Etat est toujours une perte sèche, une destruction nette de valeur. Il n’y a aucune exception à cette loi économique. Il n’y a non plus aucune exception à cette règle car elle provient de la logique pure.

    Enfin, vous parlez de la recherche en agronomie. La recherche française en agronomie n’est pas faite pour produire de la valeur. La recherche faite par des capitalistes vise à produire de la valeur. Mais certainement pas la recherche conduite par un Etat. L’Etat a d’autres objectifs, d’autres critères d’action que le critère de produire des richesses.

    • L’injustice renvoyait à la notion d’intérêt général à long terme, dont les acteurs économiques sont le plus souvent aveugles. Vous réfutez l’idée même d’une intervention, certes imparfaite, d’un tiers représentant les interêts à long terme de la société. Dont acte, mais comment évitez-vous la tyrannie du court terme dans un système libertarien ?

  3. epommate says:

    Bonjour,

    Je trouve bien évidemment que le protectionnisme revient à mettre des pierres dans les ports ou à couper les chemins de fers comme aurait pu dire Bastiat.

    Toutefois, je pense qu’il y a deux arguments qui je pense ne peuvent pas être balayer du revers de la main :

    1. Qu’en est-il de l’agriculture ? Peux-t-on laisser ce qu’il y a de plus précieux à la merci d’un autre pays. Par exemple, en cas de guerre, cela ne constitue pas un inconvénient fatal ?

    2. Supposons que le pays Z produit des T-Shirt à bas coup grâce à des enfants esclaves enchainé à leur métier à tisser (on suppose qu’il sont bien esclave et pas salarié). Bien qu’il soit économiquement censé d’acheter les T-shirt à Z, par contre, est-il morale pour n’importe quel individu d’acheter les T-Shirt du pays Z ?

  4. gidmoz says:

    @epommate
    Les arguments contre le protectionnisme sont logiques et généraux. Ils ne sont pas enfermés dans telle activité économique. Vous citez l’agriculture. Je ne vois pas en quoi l’agriculture échapperait aux arguments qui détruisent le fondement du protectionnisme.

    Je ne vois pas ce qui serait « précieux » dans l’activité agricole. La propriété des terres agricoles? Ou bien la capacité des agriculteurs de produire sur le sol français? Ou un moindre prix des marchandises vendues par les agriculteurs?

    Votre exemple du risque de pénurie en cas de guerre est intéressant car il a existé dans l’Histoire. Et c’est la même question qui se pose dans le cas de l’approvisionnement en pétrole. Un État doit-il produire sur son sol afin d’éviter le risque de manquer de certaines des marchandises produites dans un autre pays? Ma réponse est « non ».

    Dans une période de paix, chacun aura compris l’absurdité qu’un État subventionne la production sur son sol d’une marchandise produite ailleurs à moindre cout.

    Si le voisin refuse de me vendre, produire sur mon sol me coutera plus cher. Produire sur mon sol préventivement, c’est m’infliger la punition avant même de savoir si mon voisin m’infligera cette punition. De plus, si mon voisin m’inflige cette « punition », il se l’inflige à lui-même dans les mêmes proportions. En effet, il se prive d’un client, ce qui l’appauvrit autant ou presque. Et le client trouvera un autre fournisseur.

    Revenons au cas de la guerre. La guerre vise à tuer des gens habitant sur le « sol ennemi ». La guerre vise aussi à détruire la production de ressources économiques de son adversaire. Un État attaquera un point sensible des approvisionnements de son ennemi. Nul ne peut prévoir quel sera le maillon faible de l’approvisionnement de l’armée ennemie. Ce point faible pourrait être tout facteur de production utile à son ennemi. La nourriture ne me semble plus stratégique. La nourriture n’est pas rare. Elle est devenue abondante dans tous les pays. Il est facile d’en acheter, même en cas de guerre.

  5. Indépendant says:

    Il est drôle de voir un ultra-libéral partisan d’un libre-échange intégral donner des leçons en matière économique, sachant que les idées qu’il défend sont appliquées depuis des années à notre pays et que depuis des années, celles-ci ont largement prouvé leur échec et leur nocivité. Il n’y a qu’à constater l’état dans lequel se trouve notre secteur industriel, notre secteur des services, notre agriculture pour s’en rendre compte. Bien sûr, pour certains tenants de la pensée unique « mondialiste », il est tout à fait logique d’obliger des arboriculteurs à arracher leurs pommiers, à les empêcher de produire des pommes afin d’en importer du Chili. A notre époque, le bon sens n’étouffe pas certains… Malheureusement !

    • gidmoz says:

      @Indépendant
      Il n’y a pas de libéralisme en France. La Gauche et la Droite sont socialistes. Pire, le mot « libéral » est une insulte dans le microcosme des politiciens français. Le politicien accuse le libéralisme, lorsque c’est l’étatisme qui est en cause. Le politicien ignore même la définition du libéralisme. Il ignore aussi l’Histoire du libéralisme. Il ignore que ce sont les idées libérales qui ont permis la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789.

      Après cette mise au point sur la définition du libéralisme, je précise que je ne suis pas exactement « libéral ». Je suis « libertarien ». Vous utilisez le mot « ultra-libéral ». Il n’est pas vraiment adapté. Car ce mot est souvent associé à une accusation mal fondée du libéralisme.

      Être libertarien, c’est refuser l’agresser l’autre, de voler ses biens. Et admettre que chacun a le droit de se défendre s’il est agressé ou si ses biens sont agressés. Nul libertarien n’obligera donc à un fermier d’arracher ses arbres fruitiers. Nul libertarien n’interdit d’importer ou d’exporter quelle que marchandise que ce soit.

      • Indépendant says:

        Libertarien, mouais, en fait anarchiste de droite… Pff, tout ça n’est pas très sérieux. Vous êtes simplement pour la loi du plus fort sous prétexte de liberté. A votre différence, je suis pour la liberté, mais aussi pour la solidarité. L’anarchie économique, la loi du plus fort, très peu pour moi.

        • gidmoz says:

          @Indépendant
          Il y a deux sortes de libertariens. Les libertariens minarchistes veulent un Etat minimal. Les libertariens « anarcap » sont des « anarcho-capitalistes ». Ils pensent qu’une société sans Etat est possible. Elle serait fondée sur le respect des gens, sur le respect de leur propriété.

          Aux USA, il y a des millions d’électeurs libertariens. Il y a aussi un sénateur libertarien, Ron Paul est rattaché aux républicains. Il est, ou était, candidat à la présidence des USA contre Obama.

          Le plus fort peut contraindre l’autre de vendre à vil prix ou à’acheter de mauvais produits. Seul l’Etat ou ses complices peuvent le faire. Seul l’Etat est le plus fort. Un libertarien ne force personne à vendre ni à acheter. La liberté, c’est ne pas pas exercer de contrainte sur quiconque ni sur ses biens. La loi libertarienne, le droit libertarien, n’est pas la loi du plus fort.

          Vous dites que vous êtes « pour » la solidarité. Prendre le bien d’autrui sous la menace d’un revolver, un vol, et même, c’est un crime. C’est ce que fait l’Etat. Mais cela est contraire au Droit, selon les libertariens. L’Etat est, pour les libertariens, hors-la-loi. L’Etat viole le droit naturel en contraignant les citoyens.

          https://gidmoz.wordpress.com/2012/03/02/impot-et-solidarite/

  6. ccomp00 says:

    Attention : l’Etat n’a pas pour rôle d’être interventionniste, mais de faire respecter l’équilibre des droits (et des devoirs).
    Il ne serait donc pas anormal ou arbitraire que l’Etat intervienne (par la justice) pour condamner un libre-échange dangereux pour l’équilibre écologique (en le faisant payer pour réparer, ou les deux), et de l’autre un état qui imposerait par la loi de tenir compte du coût écologique et du risque…
    Même si parfois, le risque et le coût sont difficile à évaluer, surtout lorsqu’aucune catastrophe n’est encore jamais arrivée (cf. Fukushima, Seveso, etc.)

    • gidmoz says:

      Je suis d’accord avec vous pour dire que le rôle de l’État n’est pas d’être interventionniste. Or toute action de l’État est une intervention dans l’activité humaine. L’État est, par nature, interventionniste. L’État est inutile, purement parasitaire.

      Vous parlez de « faire respecter l’équilibre des droits et des devoirs. ». Il n’y a aucun concept d’équilibre dans le droit des gens, ni dans leurs devoirs. Ce n’est pas en terme d’équilibre qu’il convient de raisonner en Droit. Le Droit, ou plutôt un système de Droit cohérent, vise à établir des règles fixes qui permettent de trancher les litiges entre deux individus. Dans un système de Droit parfaitement cohérent, un individu sait avec certitude les actes permis et les actes interdits. Notre système de Droit actuel est peu cohérent.

      Vous exprimez ensuite une succession de thèses avec lesquelles je suis en profond désaccord.

      Toute intervention de l’État est arbitraire et n’obéit à aucune logique juridique. Pire, toute intervention de l’État viole toujours le droit d’autrui. Ainsi le libre-échange signifie que monsieur Dupont, habitant en France, achète une perle à Monsieur Chang, résidant en Chine. Une telle transaction commerciale ne doit rien à l’Etat. L’Etat devrait rester hors de cette affaire privée entre Dupont et Chang. Dupont se exerce son droit légitime de disposer librement de son argent.

      Vous parlez d’un « équilibre écologique ». Je doute qu’il existe un équilibre écologique. mais s’il existe, il est certain que l’État ignore en quoi il consiste. L’intervention de l’Etat en écologie est donc nécessairement hasardeuse.

      L’Etat ignore tout autant s’il existerait un « coût écologique » et son hypothétique montant. C’est dans ce contexte d’ignorance totale que l’État intervient en écologie.

      Vous évoquez deux risques industriels. Nul activité humaine n’est sans risque. Et toute activité industrielle comporte des risques industriels. L’État est incompétent pour les évaluer. De plus ce n’est pas son rôle. Celui qui a subit un préjudice peut demander réparations à un Tribunal. Le Tribunal fixera le prix de la réparation à payer. Là encore, ce n’est pas à l’État de s’en mêler.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :