Droit au logement

Tout droit est une obligation d’un autre. C’est un évidence, c’est une tautologie. Un « droit à » est donc la création d’une obligation pour quelqu’un qui devra payer. Ce quelqu’un est soit l’État, soit certains propriétaires de logement.

L’État est un médiocre investisseur. Il est nuisible que l’État construise et investisse dans le logement, gère des logements. L’État logera les plus proches du pouvoir politique et non pas les pauvres.

L’autre alternative calamiteuse serait que l’État réquisitionne le logement de propriétaires. Une réquisition de logement des propriétaires violerait leur droit de propriété. Ce serait grave et destructeur de toucher au droit de propriété. Le droit de propriété est le droit de l’Homme le plus précieux de la Déclaration des Droits de Homme de 1789. Cette possibilité de réquisition de logements induirait un moindre investissement dans le logement. Moins de logements construits signifiait alors une pénurie de logements.

Le « droit au logement » est un mauvais concept juridique, une mauvaise formule politique. Il ne peut qu’empirer les problèmes de logement. L’État ne peut pas créer des richesses nettes. Il détruit toujours plus qu’il ne crée. L’État ne peut pas réguler, il ne peut qu’interdire des créations de richesses. L’État n’est pas la solution, il est le problème, et souvent la cause unique du problème. C’est le cas pour le logement en France.

Vincent Bénard est un expert économique dans les questions du logement. Voir son blog:  http://www.objectifliberte.fr/logement/

Que prévoient les libertariens pour garantir les droits d’accès à un logement, un revenu et aux soins vitaux?

Le prétendu « droit d’accès à un logement » n’existe pas. Il est indéfinissable et impensable. Il est donc absurde de prétendre le « garantir ». Seul un État menteur peut faire croire à une telle fable.

De même il n’existe aucun « droit à un revenu ». La raison est identique à l’absurdité du « droit au logement ». Il faut évoquer autrement la question de la pauvreté. Et il est possible de démontrer que l’État est le seul responsable de la pauvreté en France.

Les libertariens garantissent-ils « un droit à des soins vitaux?

L’erreur de la question est dans sa formulation.Un tel prétendu droit ne peut pas exister. Cette question est donc absurde. Il n’existe rien à « garantir » à quiconque. Il faut de la rigueur juridique dans le discours, lorsque le sujet est précisément de qualifier juridiquement un acte. La question du cout de la santé est importante. Une société libertarienne sait gérer l’assurance-santé et les rares cas de ceux qui ne sont pas assurés.

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

One Response to Droit au logement

  1. Chaneul says:

    Les 2 articles que j’ai lu sont bien corsés pour qui n’y connait pas grand chose.
    En fait vous êtes un hyper capitaliste, c’est ça ?
    Il y a l’Etat qui ne sert à rien, les 95% de connards, et les propriétaires qui profitent de tout et de tous, c’est bien ça ???
    Finalement, puisque ceux qui dirigent l’Etat font partie des 5% de propriétaires, vous n’avez plus qu’à vous débarrasser de la plèbe qui vous pose problème.
    Emile Zola et Métropolis : le retour ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :