crises monétaires et free-banking

thème: Les politiciens s’agitent autour des solutions pour faire face à la crise. La cause des crises monétaires est le monopole monétaire de l’Etat. Seuls les économistes bien formés le savent.

titre: crises monétaires et free-banking

Un bon économiste sait que tout monopole étatique crée des dysfonctionnements et détruit de la valeur dans le pays. Un bon économiste sait aussi que le monopole monétaire étatique est la seule cause des dysfonctionnements monétaires et financiers. Un bon économiste est conscient que seul le free banking permettrait une monnaie stable et sans crise. Le free banking, c’est la possibilité de créer une banque et d’émettre de la monnaie sans aucune autorisation, ni aucun contrôle de l’Etat. Un économiste n’aura pas été bien formé à sa discipline s’il ignore le free banking.

La monnaie actuelle est une co-production Etat-banques dont le scénario est écrit sur 10000 pages de réglementations. Toute glose sur des modifications du système monétaire actuel est vouée à l’échec. De surcroît, tant que l’Etat contrôlera la monnaie, l’Etat ne résistera pas aux détournements et aux malversations. On ne confie pas à un ours gourmand la garde du pot de miel.

Dans une zone de free-banking, chaque banque émet des unités monétaire, des billets. Chaque billet émis est alors une promesse de la banque de qq chose. Par exemple un billet est une promesse de verser 1 gramme d’or. C’est ainsi qu’il a existé plusieurs zones de free-banking dans plusieurs pays au 18e, 19e et 20e siècle. La zone de free banking la plus longue fut en Ecosse de 1715 à 1845, soit pendant 130 ans. 30 banques concurrentes sans Banque Centrale. Aucune intervention de l’Etat écossais, aucun client lésé en 130 ans, malgré la faillite d’une des banques. L’Ecosse fut alors plus prospère que l’Angleterre.

Quelques liens sur le free banking:
https://gidmoz.wordpress.com/2011/04/13/controverse-sur-le-free-banking-en-ecosse-1716-1844

http://analyseeconomique.wordpress.com/2011/06/19/the-experience-of-free-banking-kevin-dowd/

http://analyseeconomique.wordpress.com/2011/09/16/free-banking-versus-regulated-banking-hong-kong-canada-united-states/

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

6 Responses to crises monétaires et free-banking

  1. Stakhanov says:

    Bonjour.
    Vous affirmez que seul le free-banking assure une monnaie stable mais vous le l’expliquez pas…
    Les références historiques ne permettent pas de comprendre la théorie.

    • gdm says:

      Les références historiques sont utiles car elles illustrent que la banque libre a fonctionné normalement dans plusieurs pays et à plusieurs époques. C’est à dire que chaque unité monétaire était alors la promesse commerciale d’une banque commerciale de verser un gramme d’or. Ou tout autre poids d’or. Adam Smith mentionnait le succès de la banque libre écossaise, de la monnaie écossaise, dans laquelle l’État écossais n’intervenait pas. Une telle promesse de verser de l’or s’appellerait, aujourdhui, un titre financier.

      La monnaie d’une banque libre est ainsi une sorte de titre financier. C’est une promesse unilatérale, c’est un contrat unilatéral. Ce titre financier est librement cessible. Le promettant est la banque émettrice. le bénéficiaire est le possesseur, l’utilisateur de ce titre financier.

      Au 21e siècle, la monnaie est, de fait, une création de l’État, une création de la loi, règlementée par de lourds règlements, par une Administration représentée par une Banque Centrale. Une collaboration avec entre la Banque Centrale et des banques de second rang est le centre administratif du fonctionnement actuel de la monnaie.

      Les meilleurs esprits se perdent à imaginer d’autres règles administratives de gestion de la monnaie. Beaucoup ont oublié que la monnaie est, par nature, un bien économique, voire la promesse commerciale d’un bien économique. La promesse d’un bien est elle même un autre bien économique qui se vend et qui s’achète.

      Mais la preuve d’une théorie économique ne peut pas provenir d’une succession d’évènements historiques. Même si ces évènements se seraient répétés à chaque fois. Karl Popper l’a bien démontré dans « Misère de l’Historicisme ». C’est souvent un fait politique, une loi étatique, qui est la cause logique d’une même succession d’évènements économiques. Il ne faut pas y voir une loi économique, mais plutôt la conséquence logique d’une volonté politique.

      Ainsi la loi de Gresham dit que « la mauvaise monnaie chasse la bonne ». Dans une volonté politique de bi-métallisme or-argent, il existe une incohérence entre le cours du métal et le rapport légal entre l’or et l’argent. L’économiste monétaire sait que ni l’or, ni l’argent ne sont une « bonne monnaie ». L’argent fut parfois sur-évalué par la loi, faisant croire au non-économiste qu’il serait une « mauvaise » monnaie.

      Le raisonnement de pure logique, et sur des concepts définissables et cohérents, permet un discours logique. Ce discours apporte la seule preuve possible d’une théorie économique. La science économique n’est pas une science expérimentale.

      Un économiste comprend facilement comment la promesse commerciale d’un gramme d’or peut servir de monnaie. Il comprend comment, en free banking, le revenu de la banque provient des taux d’intérêt des emprunts à la banque.

      Un économiste se posera certaines questions sur le fonctionnement d’une telle monnaie de free banking:
      – comment réagit une banque commerciale dans le cas d’une ruée bancaire, dit « bank run »?
      – Quelles sont les conséquences économiques de la faillite d’une banque émettrice?
      – La banque commerciale aura-t-elle toujours suffisamment d’or à verser si les déposants le lui demandent?
      – les variations du cours de l’or risquent-elle de provoquer des périodes d’instabilité de l’activité?
      – Le choix de l’or comme fondement des monnaies peu-il conduire à un moindre crédit, donc à une moindre croissance?
      – quel sont les clauses exactes du contrat d’émission monétaire publiées par une banque?
      – quel tribunal est compétent pour juger d’un litige entre un utilisateur de monnaie et une banque émettrice?
      – Un panier de nombreuses commodities peut-il avantageusement remplacer l’or comme base de la monnaie?
      – Comment un contrat de monnaie promettrait de lier la valeur de la monnaie à un indice boursier, voire à un indice de cout de la vie dans une zone économique?
      – une monnaie peut-elle être une promesse d’être échangeable au nominal contre telle autre monnaie existante?
      – s’il existe plusieurs étalons de valeur de monnaie, cela nuira-t-il au commerce? aux investissements?
      – Une banque émettrice doit-elle posséder autant d’or qu’elle émet d’unités monétaire?
      – une banque peut-elle proposer, dans son contrat d’émission monétaire, un taux d’intérêt versé à l’utilisateur en cas de retard de remboursement en or?
      – Le free banking est-il un système monétaire? ou un marché libre sans « système »? existe-t-il un risque systémique?
      – Le directeur de la banque risque-t-il de partir sur ile déserte en volant tout le pognon?
      – les rapports publics des audits comptables et financiers d’une banque sont-il suffisants pour donner confiance aux utilisateurs de la monnaie d’une banque?

      Chaque banque propose une monnaie différente, puisque émise par un émetteur différent. Deux monnaies ayant, toutes les deux, l’or comme sous-jacent, seront facilement échangeables ou substituables. Des opérations de compensation seront faciles entre elles. Si deux monnaies ont des sous-jacents différents, un bureau de change sera nécessaire.

      Vous remarquez que je n’explique pas comment le free banking permettrait une monnaie plus stable. Les préambules ci-dessus étaient nécessaires pour situer le contexte de ma réponse. Cette stabilité est fournie par la banque émettrice de monnaie. Par contrat, la banque s’engage à telle formule de stabilité. La stabilité d’une monnaie selon certains critères de valeur est un cout de circulation d’une monnaie. La prévention d’un dysfonctionnement de la monnaie est un autre cout que la banque doit supporter. La stabilité de la valeur d’une monnaie est une des qualité de cette monnaie. Le taux d’intérêt est une autre qualité différente. Les couts de change sont encore une autre contrainte.

      Chaque banque émettrice propose un contrat d’émission monétaire différent. Tel contrat privilégiera davantage la stabilité de la valeur sur tel critère. Tel autre contrat proposera un taux d’intérêt plus bas mais moins de stabilité de la valeur de cette monnaie.

      La concurrence entre banques émettrice conduira à les monnaies plus stables en valeur mais plus chères en taux d’intérêts. D’autres monnaies moins stables dans la durée, mais avec un plus faible taux d’intérêt. La concurrence entre les monnaies ira dans le sens de la demande du marché pour ce qui est de la stabilité de la valeur et du taux d’intérêt.

      L’imagination de l’économiste n’a pas de limite pour inventer de nouveaux contrats d’émission monétaire.

  2. Ping: monnaie étatique ou free banking, le vrai débat « gidmoz

  3. Ping: Banque Centrale indépendante « gidmoz

  4. Ping: A quoi sert une monnaie ? « gidmoz

  5. « De surcroît, tant que l’Etat contrôlera la monnaie, l’Etat ne résistera pas aux détournements et aux malversations. »

    Il est évident qu’il n’y renoncera pas non plus s’il n’émet pas la monnaie. Pire, s’il est aux abois, par exemple en guerre, il risque de se fournir les richesses nécessaire de manière beaucoup moins franche. Comme le roi de France révoquant les charges et les reproposant à la vente…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :