moralité des hauts salaires

thème: Le haut salaire du directeur d’une société est moral et légitime. Ce sont les actionnaires qui l’ont décidé et qui payent ce directeur avec leur argent. L’Etat serait mal venu d’imposer un salaire maximal.

titre: moralité des très hauts salaires

Les actionnaires choisissent d’avoir moins de dividendes afin que mieux rémunérer leur Directeur Général. Les actionnaires choisissent librement cette rémunération de leur mandataire social. Le Directeur Général gère l’argent confié par les actionnaires. Les actionnaires souhaitent que le Directeur soit compétent. Mais ils souhaitent encore plus encore que l’intérêt financier du Directeur coïncide au mieux avec l’intérêt des actionnaires. C’est leur meilleure garantie d’avoir plus de dividendes.

L’État serait mal venu de faire une loi pour interdire aux actionnaires de verser un salaire maximal au Directeur qui soit inférieur à un salaire maximal. Pour protéger les pauvres actionnaires? C’est absurde! La seule raison d’un tel salaire maximal serait l’existence de certains citoyens qui souffrent à l’idée de savoir qu’un autre gagne beaucoup plus qu’eux. La jalousie maladive de ces envieux, leur immoralité, leur avidité du bien d’autrui est une mauvaise norme de Droit.

Vouloir créer plus de richesse est moral. Vouloir devenir plus riche est moral. La richesse provient de chaque échange avec autrui. Un échange enrichit le vendeur et enrichit l’acheteur. Plus un homme est riche plus il échange, plus il investit. La religion chrétienne protestante va entierement dans ce sens. Enrichissez-vous, mais vivez sobrement. Et faites du bien autour de vous.

La richesse entre les mains d’une personne privée est une source d’investissement, une source d’autres richesses pour la société. La même richesse entre les mains de l’État signifie un total gaspillage. Une nuée de profiteurs gravitent autour de l’État comme des vautours tentant d’obtenir une part du butin des impôts. La richesse créée est légitime lorsqu’elle provient des échanges volontaires, lorsqu’elle provient du commerce ou de l’industrie.

La propriété et la gestion dans l’entreprise sont séparées. L’asymétrie de l’information entre les actionnaires et le directeur induit un aléa moral. Cet aléa moral consiste en ce que l’intérêt du directeur est parfois contraire à l’intérêt des actionnaires. Des mécanismes d’incitation à la loyauté et à la réussite du directeur réduise cet aléa moral. Ces mécanismes sont les stocks options, les actions gratuites, et le bonus. Ces mécanismes tendent à lier la réussite de son entreprise à l’atteinte de ses objectifs personnels du directeur. C’est ce qu’explique la « théorie de l’agence ».

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :