banques non coupables

thème: La Banque Centrale régule la monnaie. Les banques commerciales obéissent aux règles de la Bnque Centrale. La Banque Centrale porte toute la responsabilité d’un dysfonctionnement. Pas les banques commerciales.

titre: banques non coupables

Un État mandate une banque Centrale pour gérer le monopole monétaire. La Banque Centrale décide les règles administratives de la création monétaire. Un banque de second rang, dite banque secondaire, dite encore banque commerciale, s’y soumet. Elle emprunte à la Banque Centrale de la monnaie dite « monnaie centrale » pour la prêter à ses clients. La Banque Centrale fixe le taux d’intérêt. Puis chaque banque secondaire émet sa monnaie secondaire, c’est à dire la prête à ses clients.

Par exemple, la BNP est une banque secondaire. Et sa monnaie secondaire pourrait être appelée « euro-BNP ». L’argent sur les comptes bancaires de ses clients seraient alors des « euro-BNP » et non pas des euros de la BCE. En effet, chaque euro-BNP est une promesse de verser un euro émis par la Banque Centrale Européenne, la BCE. Il y a une petite différence entre un euro et la promesse de la BNP de verser un euro de la BCE. Confondre les deux monnaies n’est pas grave mais c’est une petite erreur.

Chaque unité de monnaie secondaire est une promesse de verser une unité de monnaie centrale. Une unité de monnaie secondaire est un titre financier, c’est à dire une promesse de la banque. Les règles administratives permettent d’émettre quatre fois plus de monnaie secondaire que la monnaie. Une banque secondaire peut ainsi émettre quatre fois plus de monnaie secondaire que la monnaie centrale empruntée.

La Banque Centrale a responsabilité de choisir les règles administratives de fonctionnement pour un fonctionnement du système monétaire. La Banque Centrale choisit aussi le taux directeur, c’est la dire le taux des prêts aux banques secondaires.

On entend parfois dire que les banques seraient à l’origine de certains dysfonctionnement du système monétaire. La Banque Centrale tient toutes les manettes du système monétaire. Elle est unique responsable du système monétaire. Les banques commerciales ne sont aucunement responsables d’un éventuel dysfonctionnement de la monnaie.

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

4 Responses to banques non coupables

  1. Rosy'n says:

    Ne sont aucunement responsables…. C’est vite dit !
    Ce n’est pas compliqué, au dessus d’un certain salaire (ou d’une certaine fonction), il n’y a plus de responsables. Cela est valable en politique, en médecine, en recherche (labos) et industriel !
    On invente, on construit n’importe comment et n’importe où (voir centrales nucléaires au Japon), mais les ennuis (je me modère) sont toujours pour les plus faibles… 😦

    Une petite vidéo que j’aime bien, un peu longue, mais des choses si intéressantes à savoir sur les origines financières de la seconde guerre mondiale (de l’or en barres) :
    http://leraslebolistan2.wordpress.com/2010/10/12/le-choix-de-la-defaite-et-rapport-avec-le-situation-actuelle-de-casse-sociale/

    Elle est un peu longue mais il faut la faire tourner en barre de tâches, ça vaut le coup !

  2. gdm says:

    @Rosy’n
    L’Etat fait une mauvaise loi. La banque doit obéir. Elle obéit malgré cette mauvaise loi. Qui est responsable? L’Etat qui a fait une mauvaise loi? Ou bien celui qui respecte la loi sous peine de prison?

    Il faut bien comprendre la création monétaire. Sur un papier, gdm écrit « contre ce papier signé, gdm versera un euro au porteur de ce papier ». gdm achète un pain à Rosy en donnant ce papier. Rosy l’accepte. Elle a raison. gdm respectera sa promesse. Rosy paye Susie avec ce même papier signé par gdm. Rosie l’accepte car elle connait la fiabilité de gdm.

    Ce papier s’appelle un billet de banque. Le papier signé par gdm est un billet de banque. la banque gdm. C’est une nouvelle monnaie. C’est une nouvelle banque, la banque gdm. Il n’y a rien de frauduleux dans cette monnaie entre gdm, Rosy et Susie. C’est cela la création monétaire. Rien d’autre dans son principe.

    L’Etat a tort d’interdire à gdm, à Rosy et à Susie d’utiliser cette nouvelle monnaie.

  3. et si on imagine qu’il y a la banque gdm, la banque manu et la banque toto, chacune émettant sa monnaie, ses billets
    Comment Susie la boulangère doit elle établir le prix de sa baguette?
    – 1 prix par monnaie/type de billet qu’elle accepte? bonjour le délire s’il y a une centaine de banque
    ou
    – le même prix quelle que soit la monnaie? mais alors quel intérêt d’avoir en circulation des euro-gdm, des euro-toto, etc , si elles ont toutes la même valeur?

  4. gdm says:

    @Vilain Mamuth
    En Ecosse, entre 1715 et 1845, pendant 130 ans, 30 banques concurrentes émettaient des billets. Il n’y avait aucune Banque Centrale. Chaque banque promettait d’échanger contre de l’or chaque billet. Un billet était alors une promesse commerciale ordinaire. L’Etat écossais n’intervenait pas du tout dans la monnaie. Chacun pouvait créer sa banque. Chaque commerçant acceptait les billets payés par ses clients. Pour chaque commerçant, chaque billet avait exactement la même valeur quelque soit la banque. Chaque soir, il remettaient les billets à leur banque. Ensuite, chaque jour, les banques se réunissaient pour s’échanger les billets. Une telle réunion entre banques s’appelle la « compensation ».

    Aujourdhui, le mécanisme monétaire est semblable sur certains points. La BNP accepte les chèques et ordre de virement de ses clients. Chaque jour, les banques se réunissent, la BNP, HSBC, Credit Agricole, etc… Ils échangent leurs « billets de banque ». Ou plus précisément, ils échangent des unités monétaires sur des comptes bancaires. Cela se nomme encore la « compensation ». Un euro-BNP est une promesse de verser un euro de la banque centrale. idem pour les autres euros émis par les autres banques.

    Vous dites  » la banque gdm, la banque manu et la banque toto, chacune émettant sa monnaie, ses billets ». Chaque banque aura un avantage à émettre, c’est a dire à créer, des billets dont la valeur est la même que celle des banques concurrentes. Ainsi, la banque gdm émet des euro-gdm. Et la banque gdm promet de verser un euro de la banque centrale en échange de chaque billet de un euro-gdm.

    Susie, la boulangère accepte de recevoir aussi bien les euro-gdm que des euro-toto que des euro-manu. Susie a un compte à la banque toto. Chaque soir, elle donne tous ses billets à la banque toto. C’est sa banque toto qui se débrouille pour que cet argent recu par Susie aille sur le compte bancaire de susie.

    Chaque soir, gdm, toto, et manu se réunissent pour échanger leurs billets respectifs. Pour réduire les coûts, les banques pourront parfois se faire crédit jusqu’au lendemain. Ainsi, ils éviteront que gdm verse un jour à toto des euro-BCE et que toto lui rend presque la même somme le lendemain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :