contreparties en free-banking

thème: Dans une zone de free-banking, chaque unité monétaire émise est garantie par la banque émettrice par des « contreparties ». ces contreparties sont d’une part des actifs vendables, et d’autre part, les reconnaissances de dettes des emprunteurs.

titre: contreparties en free-banking

Quelles sont les contreparties de la création monétaire en free-banking? Le free-banking est l’absence d’intervention de l’État sur la création monétaire. Chacun peut créer sa monnaie, peut créer librement une banque, société commerciale ordinaire. Aucun contrôle, aucune règlementation étatique n’existe. Chaque banque peut émettre sa monnaie.

Dans une zone de free-banking, chaque unité monétaire est un titre financier émis par une banque. Ce titre financier est une promesse de convertibilité de ce titre financier. Par exemple, chaque unité monétaire émise par une banque sera une promesse de verser une certaine quantité d’or. C’est le titre financier qui est la monnaie et non pas l’or lui-même. Le titre financier est ainsi un « contrat unilatéral ». La banque est le promettant. Le possesseur du titre financier est le bénéficiaire.

La banque crée de la monnaie soit dans une opération de prêt bancaire, soit par les dépenses de la banque. La banque possède suffisamment d’actifs vendables pour acheter de l’or afin d’honorer sa promesse. Si la banque tarde à livrer l’or promis, elle paye un taux d’intérêt, conformément au contrat d’émission monétaire.

La contrepartie de la création monétaire est la possession d’actifs vendables possédés par la banque. La valeur totale de ces actifs est supérieure au montant total des titres financiers émis, c’est à dire supérieure à la masse monétaire émise par la banque.

Lors d’un prêt bancaire, la banque reçoit une reconnaissance de dette de l’emprunteur. Pour la banque, cette reconnaissance de dette est une créance a de la valeur. Cette créance a plus de valeur que la monnaie remise à l’emprunteur. Sinon la banque refuserait cette opération de prêt bancaire. Ainsi la valeur de cette créance sur l’emprunteur est une deuxième contrepartie de la valeur de chaque unité monétaire émise. La banque émettrice garantit chaque unité monétaire prêtée par des actifs dont la valeur est le double de la monnaie prêtée.

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :