cout indirect de l’impôt

thème: Le contribuable veut payer d’impôts même si cela lui en coûte. Le subventionné veut recevoir plus en agissant activement dans ce sens. Ces efforts du contribuable et du subventionné ne produisent pas de vraies richesses. Ce sont des gaspillages de ressources humaines. Le coût de ces gaspillage avoisine le montant de l’impôt.

titre: coût indirect de l’impôt

La perception de l’impôt a un cout direct qu’il est possible d’évaluer. C’est le cout de production de la loi, c’est le cout de la mise en application, c’est le travail des fonctionnaires des impôts, c’est le travail d’information des conseils juridiques et des citoyens.

L’économiste Tullock avait inventé le terme de « pseudo-investissement ». Le pseudo-investissement est l’investissement en temps, en argent et en cout d’opportunité pour réagir à l’impôt. Ou bien pour profiter de la distribution d’un impôt. C’est un pseudo-investissement car il est couteux et ne produit aucune richesse pour la société. Alors qu’un investissement productif, un vrai, est une dépense qui profitera à tous, directement et indirectement.

Ainsi celui qui paye 100 d’impôt dépensera jusqu’à 80 pour éviter de le payer. Et celui qui n’est pas tout à fait dans les condition de recevoir une subvention dépensera 80 pour bénéficier de 100 de cette subvention. Cette logique du pseudo-investissement s’applique au contribuable. Son pseudo-investissement va tendre vers le montant total de l’impôt qu’il paye s’il peut l’éviter. Le bénéficiaire reçoit sa subvention mais elle lui coute souvent en manque à gagner.

Le cout de ces pseudo-investissements sont surtout des couts d’opportunité. Le médecin riche ne travaille que trois jours par semaine pour s’adonner à son hobby. Le smicard payé 1000 euros préfère ne pas travailler pour toucher 500 euros de RSA. La quantité de richesse non produite dans la société est alors important. C’est un cout social plus important encore que le cout pour le « pseudo-investisseur ».

En résumé, chaque impôt produit un gaspillage de ressources qui tend vers le montant de l’impôt. L’exemple de l’ISF est emblématique. Il coute plus qu’il ne rapporte à la France.

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :