enquête sur la monnaie

thème: Enquête sur la valeur d’un billet de banque. Découverte des raisons pour lesquelles un billet de banque a de la valeur.

titre: enquête sur la nature de la monnaie contemporaine

Parler de la monnaie du 21e siècle est difficile. En effet la première difficulté est que la monnaie n’est plus définie en termes juridiques. Un billet n’est plus la promesse de verser de l’or. Une unité monétaire de banque centrale est devenue un « Objet Juridique Non Identifié », un OJNI. L’économiste doit donc rechercher et découvrir la nature de la monnaie contemporaine. Pour cela, l’économiste se demande d’où provient la valeur d’un billet de banque. Ce billet a de la valeur dans une boutique, chez un commerçant. Et cette valeur perdure pendant une longue durée.

On comprenait que le billet du 19e siècle avait de la valeur puisqu’il était échangeable contre de l’or. Mais l’origine de la valeur de ce billet du 21e siècle est une énigme. Sur le billet est écrit le nom de la Banque Centrale. La réponse est donc que la Banque Centrale fait tous ses efforts pour que ce billet conserve son pouvoir d’achat. Un autre morceau de papier similaire n’aurait aucune valeur. Le billet signifie donc une promesse de la Banque Centrale que ce billet gardera sa valeur. Notre économiste est ainsi parvenu à un résultat fondamental. Chaque unité monétaire émise par la Banque Centrale est une promesse de la Banque Centrale.

Mais alors, cette promesse de la Banque Centrale, c’est du sérieux? Euh… Cette promesse est une promesse politique. SVP, ne riez pas! Attendez! Ne partez pas. Cette promesse n’est pas celle d’un politicien candidat avant les élections! Il n’y a aucune promesse écrite promettant à chaque utilisateur de billet la stabilité de la valeur de la monnaie. Cette promesse n’est donc pas un contrat. En cas de baisse de la valeur de la monnaie, un utilisateur ne pourra pas faire un procès à la Banque Centrale. Hélas! Aucun tribunal ne sera compétent pour un tel litige. Néanmoins, cette promesse est faite par la Banque Centrale à l’Etat. Elle est écrite dans son ordre de mission. Ainsi, cette promesse existe un peu pour l’utilisateur de monnaie. L’État demande à la Banque Centrale de respecter sa promesse dans la mesure du possible. Et la Banque Centrale réussit pas trop mal la mission impossible que lui confie l’Etat.

Mais alors, une autre énigme surgit. Comment la Banque Centrale procède-t-elle pour que ce billet conserve sa même valeur pendant plusieurs mois. Cette question semble bien simple. Il suffit de ne rien changer. Puisque le billet a une valeur aujourdhui, on ne voit pas pourquoi il changerait de valeur dans trois mois. Ce raisonnement n’est pas fameux. En effet, vouloir que ce billet conserve sa valeur signifie que sa valeur suivra l’indice des prix à la consommation. Comment fait la banque centrale puisqu’elle ne connais pas l’offre ni la demande à l’avance. Et chaque émission de monnaie signifie de la demande en plus. Cette valeur constante du billet reste donc un peu approximative.

Tout cela est parfait. Mais une chose chagrine encore notre économiste qui enquête. Pourquoi donc ce commerçant accepte un billet et pas autre chose comme paiement? Quelle drôle de question! Parce que c’est la monnaie pardi! C’est bien vrai ça! ben oui! c’est la monnaie officielle, la monnaie légale. Et il n’y en a pas d’autres. Eh oui, il y a un monopole de l’État sur la monnaie. On n’a pas le droit d’utiliser un autre bien qui servirait de moyen d’échange. On n’a pas le droit de payer en or, ni en platine, ni en sucre, ni en travail! On faut payer uniquement en monnaie légale, en monnaie fabriquée par la Banque Centrale. Cette obligation d’accepter la monnaie à un certaine valeur se nomme le « cours forcé ». Ainsi, grâce au cours forcé, chaque commerçant est obligé d’accepter la monnaie légale.

On avance. Notre économiste rassemble ses découvertes. Toutes les questions sont résolues, sauf une. Un billet fraichement imprimé ne vaut rien. Puis lorsqu’il circule il a de la valeur. Là il doit exister un moment magique. Où est-il ce moment magique où, sans rien dire, le billet a pris de la valeur. Encore une fois, la réponse est trop facile. Tout le monde aime posséder des billets de banque! La cause est si simple! Pourquoi l’évoquer? Oui, mais pourquoi ces billets émis par la Banque Centrale ont tant de valeur. Notre économiste songe que le prix provient de la rareté. Or il n’y a qu’une devise. Elle est donc rare. Or les gens ont besoin d’une devise pour échanger. Cette rareté est donc la cause de la valeur de la monnaie légale.

Récapitulons! L’État décrète le monopole de la monnaie. Les autres monnaies sont interdites, sauf à un coût plus grand. Elles sont donc inutilisables pour les transactions courantes. La monnaie légale est rare puisqu’elle est unique. Donc elle est chère. L’Etat, en créant artificiellement de la rareté, donne de la valeur au papier-monnaie. Incidemment, notre économiste a découvert que la monnaie n’est pas fondée sur la confiance envers qui que ce soit. La valeur de la monnaie est fondée sur la contrainte légale et sur l’interdiction d’autres monnaies.

L’économiste-enquêteur de l’article a découvert que la monnaie officielle n’a nullement besoin d’avoir la confiance des utilisateurs. La contrainte légale remplace la confiance. La monnaie étatique n’est pas fondée sur la confiance, mais sur la menace de sanctions pénales lourdes pour le contrevenant. Dès lors le mot « monnaie fiduciaire » est impropre. Il faut parler de « monnaie forcée ». Le mot « confiance » devrait etre bani des définitions de la monnaie contemporaine.

Fin de l’enquête: l’économiste résume ainsi ses découvertes. Chaque billet est une obligation politique de l’État de faire en sorte que la monnaie conserve son pouvoir d’achat. Le billet de banque légal a de la valeur car son usage est obligatoire. Aucune autre devise ne peut circuler. Le cours forcé, c’est à dire la contrainte légale, donne sa valeur à la monnaie légale. L’Etat parvient à respecter son obligation monétaire par une contrainte exercée sur chaque habitant. L’Etat contraint chaque habitant à utiliser la monnaie légale.

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :