compta et création monétaire

thème: Un bilan comptable enregistre des opérations de vente d’achat. Pour définir la création monétaire, le bilan comptable ne suffit pas. Il faut expliquer les opérations de vente et d’achat qui en sont l’origine.

article: bilan comptable de la création monétaire

La comptabilité sert à enregistrer les achats et les ventes. Cet enregistrement est fait, par convention, sur des prix d’achat et sur des prix de vente. Cet enregistrement comptable reflète imparfaitement la valeur d’usage, pour l’entreprise, de ces achats et de ces ventes. Des écritures comptables ne peuvent pas expliquer la logique économique des achats et des ventes qu’elles enregistrent. C’est l’inverse. Ce sont les achats et les ventes qui expliquent les écritures comptables.

Exposer la création monétaire à partir du bilan d’une banque est donc, amha, une erreur de raisonnement. En effet, c’est l’opération d’achat ou de vente qu’il faut exposer, qu’il faut expliquer. C’est une démarche logique et pédagogique d’exposer la création monétaire en terme d’achats et de ventes. Nul lecteur logique ne peut comprendre une telle approche comptable de la création monétaire.

L’économiste n’est pas un comptable. Ces deux métiers sont différents. Ils n’ont pas le même but. L’économiste analyse la réalité économique et il en déduit des explications sur les échanges en termes de droits de propriété. Toute analyse économique qui ne se fonde pas sur les droits de propriété est inopérante pour l’action humaine. L’économiste exposera donc la création monétaire sur le fondement d’achats et de ventes.

Cette exposé de la création monétaire par des achats et des ventes se heurte à l’absence de définition juridique légale pour la monnaie. En effet, le code monétaire ne donne aucune définition juridique de la monnaie. La monnaie est définie légalement par une description comptable. Le bon économiste analyse et découvre les droits et les obligations mis en oeuvre dans une création monétaire.

L’économiste sait qu’au 19e siècle, chaque unité de monnaie, chaque billet de banque, était une obligation de la banque émettrice de verser de l’or. Et réciproquement le droit de propriété d’un utilisateur de monnaie provenait de son droit d’exiger de l’or. Chaque unité de monnaie était alors alors une créance à court terme sur la banque émettrice.

Ce rappel historique éclaire l’origine de la valeur de la monnaie contemporaine. D’où provient le droit de propriété sur un billet de banque contemporain? C’est la première question à se poser. L’interdiction d’une monnaie concurrente force à utiliser la monnaie légale. La rareté crée la valeur. C’est donc le « cours forcé », c’est le monopole étatique, qui donne de la valeur à la monnaie légale.

D’autre part, l’État à confié à la Banque Centrale la mission que la monnaie conserve sa valeur. En d’autres termes, la Banque centrale fait en sorte que la monnaie conserve son pouvoir d’achat, que l’indice des prix reste stable. Or une trop grande émission de monnaie la déprécie. La Banque Centrale a choisit de contrôler la masse monétaire afin de conserver la valeur de la monnaie.

Chaque unité de monnaie, chaque billet de banque représente donc une obligation politique de la Banque Centrale, une obligation politique de l’État. Une obligation politique est moins contraignante qu’une obligation qui proviendrait d’un contrat commercial. Il est donc plus logique de parler d’une pseudo-obligation et non pas d’une obligation de la Banque Centrale. Ainsi chaque unité de monnaie peut se définir comme étant une pseudo-obligation de la Banque Centrale.

Cette analyse économique soutient que la valeur de la monnaie contemporaine est fondée par une obligation quasi-juridique de l’État. Dès lors, il devient légitime d’écrire les écritures comptables qui enregistrent la création monétaire. Ce ne sont pas les écritures comptables qui créent la monnaie. C’est obligation de l’État de faire en sorte que la monnaie est une valeur. Chaque unité de monnaie émise est une créance sur la Banque Centrale. C’est une quasi-obligation de la Banque Centrale.

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :