l’investissement public

thème: L’investissement public est doublement aveugle. Le fonctionnaire qui en prend la décision applique une politique qu’il n’a pas décidée. Les bénéficiaires ne payent pas le vrai prix des services rendus. Le rendement d’un tel investissement donc incertain.

titre: investissement public

Les prix sont des indications de la valeur moyenne des marchandises échangées. A condition que le vendeur vende ce qui lui appartient. Et à condition que l’acheteur achète avec son argent à lui, son bon argent qu’il a gagné avec ses mains.

Or les investissements « publics » sont dépensés par des fonctionnaires dont la loi a organisé l’irresponsabilité. Ce sont des irresponsables institutionnels. Ils exécutent une politique non pas venue de leur préférence individuelle, mais venue d’ailleurs. Il est donc impossible de connaitre les véritables prix de vente ni les véritables prix d’achats de ces investissements. Il est ainsi impossible de connaitre la rentabilité des investissements publics.

Les prix publics artificiels tentent de se comparer aux prix dans le privé afin de reconstituer des prix qui singeront la réalité économique. C’est ainsi que fonctionnaient la fixation des prix dans les régimes communistes. On peut ainsi tenter d’évaluer une rentabilité des investissements publics. Mais les chiffes seront nécessairement arbitraires. Ils dépendront de ceux qui les choisiront.

Un investisseur est mille fois plus attentif lorsqu’il décide de dépenser pour lui-même. C’est ainsi que le privé investit. L’investisseur privé confie prudemment son argent à au directeur général en vérifiant attentivement. Ainsi, la rentabilité de l’entreprise tourne autour de 10%. Pour cette seule raison de l’attitude du décideur, un investissement étatique ne peut être rentable que par hasard. A priori, il sera  non rentable.

Il est éloquent de constater que nulle étude économique publique ne cherche à connaitre la rentabilité des investissements publics. Nulle étude publique n’explore si les subventions atteignent ou non leur cible pré-supposée. Ou plutôt chaque étude, aussitôt étouffée, montre que les subventions n’atteignent presque jamais leur cible. Dès lors comment parler de rentabilité? et rentabilité pour qui?

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :