l’or est-il une bonne monnaie?

thème: l’or serait une médiocre monnaie étatique. Toute monnaie-promesse de commodity serait une bonne monnaie, à condition de pouvoir la livrer et que sa valeur soit suffisamment stable.

titre: l’or est-il une bonne monnaie?

Une monnaie unique et monopolistique étatique qui serait l’or serait nécessairement une monnaie médiocre. Pour expliquer cette réponse, il est nécessaire de quitter un instant le monde artificiel des monnaies étatiques.

Dans un contexte de freebanking, l’or, et toutes les autres commodities, seraient toutes de bonnes monnaies. La monnaie fondée sur la valeur de telle commodity sera elle aussi une bonne monnaie. Toutes ces monnaies seraient toutes actives simultanément. D’autres marchandises peuvent être, elles aussi, la base d’excellentes monnaies.

Plus le nombre de ces monnaies sera grand, meilleurs seront les services monétaires dans le monde. Et plus le taux du crédit sera faible. On oubliera le concept contestable de masse monétaire globale. Du moins ce concept de masse monétaire globale ne sera plus opérationnel dans une théorie de la monnaie. La monnaie ne sera plus un « système monétaire ». La monnaie sera devenue un marché ordinaire.

Le théorème de régression de Mises soutenait, avec justesse, que la valeur d’une monnaie provient de son usage non monétaire. Lorsqu’une marchandise devient la base d’une monnaie, sa demande se décompose en une demande non monétaire et une demande d’origine monétaire.

Lorsque la demande monétaire est supérieure à la demande non monétaire, on peut être certain que l’usage de cette monnaie est devenue médiocre. En effet, la valeur de cette monnaie est alors devenue principalement spéculative. La part spéculative de la valeur de cette monnaie sera nécessairement anéantie par la concurrence d’une autre monnaie. La valeur de cette monnaie descendra ensuite au niveau de sa demande non monétaire.

Lorsque la demande monétaire est supérieure à la demande non monétaire, on est certain d’être dans une zone de médiocrité de cette monnaie. Une condition de qualité de la monnaie est que la demande monétaire reste faible au regard de la demande non monétaire. Entre les deux situations, il existe nécessairement un seuil. Ce seuil est une proportion entre les deux demandes. J’affirme l’existence d’un tel seuil de qualité d’une monnaie fondée sur la valeur d’une commodity. C’est le « théorème du seuil » de gdm.

Une bonne monnaie-promesse est fondée sur la capacité de livrer certaines marchandises. Lorsque sa masse monétaire émise est inférieure à la masse livrable de marchandises, la monnaie émise par la banque est bonne.

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :