La crise de 1929

thème: La principale cause de la crise de 1929 fut une règle limitant la création monétaire. Un credit crunch provoqua des faillites d’entreprises. Puis les interventions des gouvernements successifs enfoncèrent durablement le pays dans la crise.

titre: La crise de 1929

1. le dollar en 1929
Entre 1790 et 1934, le dollar s’échangeait pour 20 dollar par once d’or. Une once d’or est environ 35 grammes d’or. Chaque État des USA émettait des dollars différents. Dans chaque État, un habitant pouvait aller à sa banque et obtenir de l’or contre ses dollars. Chaque banque émettait souvent dix fois plus de dollars que l’or qu’elle possédait.

2. utilité du crédit
Une entreprise a besoin d’argent pour payer ses fournisseurs. Elle ne reçoit que bien plus tard l’argent lorsque clients achètent et payent ses produits. Un crédit accordé à une entreprise lui permet de produire plus tôt, donc de produire plus. Le crédit accélère donc la croissance de l’économie, et la richesse produite.

3. crainte de ruée bancaire
Aucune banque n’aurait pu honorer sa promesse de donner de l’or si tout le monde venait en même temps demander son or. Un tel afflux de demande d’or se nomme une « ruée bancaire » voire une « panique bancaire ». La probabilité d’une ruée bancaire était faible. Et aucune ruée bancaire n’a jamais eu lieu. Pourtant, la principale crainte des banques de l’époque était la ruée bancaire.

4. 1913, la Banque Centrale
En 1913, la FED devient la Banque Centrale des USA. L’or des banques régionales US avait été rassemblé à Fort Knox, énorme coffre fort très bien gardé. Cette mise en commun des réserves d’or réduisait le risque de manquer d’or à verser en cas de ruée bancaire. L’émission des billets était ainsi contrôlée par la FED, Banque Centrale des USA.

5. règle limitant l’émission des dollars
Il fallait concilier deux exigences. D’une part permettre suffisamment de crédit pour la croissance économique. Et d’autre part pouvoir verser l’or en cas de ruée bancaire. Un juste milieu fut trouve entre ces deux exigences. On pouvait émettre dix fois plus de dollars que l’or possédé. Mais pas plus. Cette règle des dix pour cent en or semblait être une règle sage et de bon sens.

6. utilité de la Bourse
Une entreprise vend des nouvelles actions aux investisseurs. Certains investisseurs les achètent. Ils deviennent ainsi actionnaires de cette entreprise. Et l’entreprise dispose d’argent frais pour sa croissance. Elle versera des dividendes à ses actionnaires.

Une Bourse est un lieu où les opérations d’augmentation de capital et d’échange d’actions sont facilités pour les entreprises et pour les investisseurs. La Bourse aide les actionnaires à trouver un acheteur de leurs actions. La Bourse publie prix de vente de chaque transaction. Les prix sont des informations précieuses pour les acheteurs et pour les vendeurs. Une Bourse facilite ainsi le marché des nouvelles actions et le marché de l’occasion des actions existantes.

7. prêts bancaires
Une banque prête des dollars aux entreprises et prête aux particuliers. La rémunération de la banque est les intérêts du prêt qu’elle reçoit de l’emprunteur.

8. activité économique florissante
Avant 1929, l’économie était florissante. Les entreprises croissaient vite. Les gens s’enrichissaient rapidement grâce à cette croissance. Le besoin de crédit était grand. Les entreprises se finançaient grâce à la Bourse.

9. limite du crédit
La limite fatidique du nombre maximal de dollars fut atteinte, nombre limité par les réserves d’or des banques. Les banques ne pouvaient donc plus prêter davantage de dollars. Les entreprises trouvaient plus difficilement des crédits pour leur activité. Leur bilan était excellents. Leurs ventes étaient bonnes. Et pourtant la banque cessait de prêter à l’entreprise. L’entrepreneur ne comprenait pas cette interruption du crédit alors que son entreprise était saine et prospère.

10. auto-régulation du marché
A cette époque, chacun pensait que le marché s’adapterait à une limite du crédit en réduisant l’endettement. On croyait à une main invisible du marché qui rétablirait automatiquement une harmonie économique. Le libéralisme économique était un dogme, une évidence a priori. La science économique manquait de maturité en ce qui concerne la nouvelle monnaie avec Banque Centrale.

11. dysfonctionnements en chaîne
Le resserrement du crédit induisit la faillite de sociétés en bonne santé. La valeur en Bourse de ces sociétés chuta ainsi à la Bourse. La faillite d’une société provoque des pertes sèches pour la banque qui avait prêtée. Cette faillite induit une gêne, un coût pour les clients et pour les fournisseurs de la société en déconfiture.

12. credit crunch
« Credit crunch » est le mot anglais pour « resserrement du crédit ». Les faillites devenaient plus nombreuses. Les banquiers devenaient plus frileux pour prêter. Ils craignaient la faillite de leur client. Plutôt que d’investir dans la Bourse, certains inquiets achetèrent de l’or avec leurs dollars. Les banques ayant moins d’or durent réduire le nombre des dollars, donc réduire les prêts bancaires.

13. spirale du crash
Contrairement aux croyances de l’époque, l’économie ne s’adaptait pas harmonieusement à une réduction de l’endettement. Au contraire, la réduction du crédit induisait des faillites qui refroidissaient les banques, lesquelles réduisaient davantage les crédits à leurs clients. Le fautif était la FED, la Banque Centrale américaine, puisqu’elle avait refusé d’enfreindre cette règle arbitraire limitant l’émission de dollars.

14. mauvaise règle de limitation des dollars
Des études économiques récentes ont montré que, en 1929, l’endettement des entreprises était plutôt faible. Dans cette crise, le fautif était une mauvaise règle de limitation du crédit. Aujourd’hui, en cas de crise, les Banques Centrales augmentent largement leurs prêts bancaires. La limitation du nombre de dollars avait brisé un économie saine et prospère .

15. intervention des gouvernements US
Sans l’intervention du gouvernement, la crise aurait duré trois mois, au plus. L’économie se serait rétablie spontanément en quelques mois. L’intervention maladroite du gouvernement a prolongé la crise. Le gouvernement US instaura le protectionnisme, c’est à dire des taxes sur certaines importations. Or on sait aujourd’hui que le protectionnisme appauvrit la population.

16. le New Deal
Le gouvernement suivant pensa que la cause de la crise était que les prix étaient trop bas. Un vendeur de poulets fut condamné par les tribunaux car ses prix étaient trop bas. Après plusieurs années de procès, la Cour Suprême des USA lui donna raison. Cette décision de la Cour Suprême imposa la fin de cette politique absurde. Mais le même gouvernement continua dans d’autres erreurs du même calibre. La propagande de l’Etat avait trouvé le joli nom de « New Deal » à ces politiques qui étaient, en réalité, incohérentes et stupides. En 1941, à cause de la guerre, ces politiques désastreuses cessèrent. Et l’activité du pays se redressa.

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :