libre circulation des monnaies

thème: L’Etat impose un monopole monétaire. Mais la monnaie pourrait-elle exister sans l’intervention de l’Etat? Quelques économistes pensent que le monopole monétaire de l’Etat est inutile et nuisible.

titre: libre circulation des monnaies

Des prix Nobel d’économie sont favorables à ce que une monnaie nationale soit mise en concurrence avec des monnaies émises par des banques indépendantes ou étrangères. Cette idée est une thèse universitaire raisonnable.

En effet la mise en concurrence fait toujours baisser les prix au profit des consommateurs. C’est évident pour les fraises ou pour les chaussures. C’est tout aussi évident pour les monnaies.

L’État est un piètre investisseur, un piètre industriel, et un piètre employeur. L’État veut avoir le monopole monétaire par cupidité. Il n’existe aucune autre raison économique au monopole monétaire de l’État. Comme l’État est bien encombré avec son monopole monétaire, il coproduit la monnaie avec les banques commerciales. La monnaie est une chimère, un être hybride, une coproduction entre l’État et qq banques privilégiées.

Ce système monétaire hybride sous le contrôle de l’État fonctionne mal. Entre 1900 et 2000, le franc a perdu 99% de sa valeur en 100 ans. Une telle inflation est de la spoliation légale. Récemment le président de la FED, Ben Bernanke, a dit que l’inflation était un impôt. Le peuple devrait s’indigner des impôts qu’il subit. L’État est un voleur de pauvres.

Publicités

À propos gidmoz
libertarien, ingénieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :